Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


23.06.2003 - FP - Rapport d'activité 2002

Energie éolienne : Position adoptée par la Fondation suisse pour protection et l'aménagement du paysage

Dans les pays riverains de l’Atlantique et de la Mer du Nord, le mode de faire des promoteurs de l’énergie éolienne suscite de plus en plus de protestations de la part des populations résidentes. Dans la grande majorité des cas, il s’agit de prises de conscience tardives, car les parcs d’éoliennes y sont en place depuis belle lurette.

En Suisse, un nombre important de circonstances particulières freine le développement de cette forme d’énergie, indépendamment des oppositions naissantes.
Premièrement, notre pays est topographiquement très mouvementé, et les courants atmosphériques y sont éphémères, turbulents et difficilement exploitables.
La force hydraulique y est ensuite la source renouvelable d’énergie électrique majoritaire (60% environ), qui ne produit pas d’émanations de CO2 et ne suscite aucun besoin de substitution.
Quant à l’énergie nucléaire, son remplacement souhaité et inéluctable implique une technologie à venir, qui ne soit pas dépendante de l’existence ou non de courants d’air, ni destructrice de paysages. Il faut encore citer les faits que la Suisse est exportatrice de courant et qu’une seule entreprise de Winterthur s’est donné la peine de réfléchir sur l’adéquation à nos particularismes de turbines éoliennes.

Ainsi, contrairement à ce que veut faire croire Suisse Eole, le lobby des promoteurs financé par l’Office fédéral de l’énergie (Ofe), le potentiel électrique des hélices installées et planifiées est extrêmement faible.

En 1996 déjà, la FP avait accompagné une première tentative de localiser des emplacements favorables à l’exploitation de la force des vents selon des critères non seulement techniques, mais aussi paysagers. Rapidement, il est apparu que les éléments constitutifs du paysage ne sont pas mesurables, modélisables et susceptibles d’alimenter un programme d’ordinateur. De même, l’approche «top-down» choisie par l’Ofe en 1996 excluait la prise en compte de valeurs écologiques autres qu’inventoriées au niveau national. Pressentant l’impasse et constatant que l’argumentation de la sauvegarde du paysage gagnait en force, Suisse éole a adopté une stratégie plus offensive. Elle a d’une part nommé des objectifs de production d’énergie éolienne pour 2010 qu’elle a eu l’habileté de transformer en «objectifs de la Confédération» par un communiqué de presse commun des trois offices fédéraux Ofe, Odt et Ofefp. Simultanément et d’autre part, elle a fixé les règles du jeu de l’élaboration d’une conception fédérale de l’énergie éolienne, répondant à une proposition de la FP reprise par une intervention parlementaire.

Au sens de Suisse Eole, le groupe de travail mis en place à cet effet a pour tâche de rechercher comment et où atteindre les objectifs de la Confédération, considérés comme sacro-saints, sans envisager leur remise en cause. Un carcan qui impose des choix absurdes, par exemple entre 30 grandes turbines de plus de 100 mètres de hauteur et 3000 petites permettant de produire le même nombre donné de MW/h.

Il va de soi que la FP ne peut accepter de restreindre ses réflexions à un cadre aussi rigide, et qu’elle s’efforcera de proposer une démarche moins technocratique et tenant compte des aspirations des populations concernées, résultant d’un large débat public.

Comment la FP peut-elle être opposante à l’utilisation de l’énergie éolienne?

Cette question nous est posée par un grand nombre de personnes convaincues, en toute bonne foi, qu’il s’agit d’une énergie renouvelable, non productrice de CO2, et susceptible de couvrir de futurs besoins. Ce sont là des faits qui ne peuvent être contredits, mais au plus précisés dans leur contexte.

Il y a tout d’abord lieu de répondre clairement que la FP est favorable à l’utilisation de toutes les énergies renouvelables, y compris la force des vents. Cette dernière ne permet toutefois pas d’y placer de grandes attentes, tant ses rendements sont faibles et intermittents. L’argument de la diminution des gaz à effet de serre n’a pas de raison d’être, puisque l’électricité produite en Suisse l’est sans CO2. Et le caractère renouvelable de l’énergie éolienne ne saurait être un passe-partout à la dégradation du paysage. Des raisons strictement économiques poussent les promoteurs à voir toujours plus grand, à proposer des turbines gigantesques, importées telles quelles des rives de la Mer du Nord, et à considérer que la présence de vent et d’accès carrossables suffisent à justifier leurs choix d’emplacements.

La FP a signalé dès 1996 les critères qu’elle entend appliquer à l’évaluation des projets d’implantation d’éoliennes ou de parcs d’éoliennes. Sa prise de position «énergie éolienne et paysage», ainsi qu’un «complément explicatif», sont clairs à ce sujet.

Malgré les attaques dont elle a fait l’objet et le «forcing» d’un projet neuchâtelois (Crêt-Meuron, Derrière Tête-de-Ran), la Fondation continue d’adopter une attitude critique mais constructive.

Une turbine éolienne, élégante, fascinante, mais portant une atteinte au paysage disproportionnée par rapport à sa production électrique (Montagne du Droit de Courtelary BE)

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2019 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage