Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Eoliennes - Les petites phrases > Paroles de politiciens et d'experts
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  politiciens et experts
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Paroles de politiciens et d'experts


28.01.2006 - Patrick Erard - Les Verts et Les Amis de Tête-de-Ran / La Vue-des-Alpes

A propos du tourisme héliporté dans les Gorges du Doubs

Interpellation au Grand Conseil du député Verts Patrick Erard, le 1 11 2005, à propos du tourisme héliporté dans les Gorges du Doubs, interpellation que nous estimons, par ailleurs, être pleinement justifiée.

Nous nous permettons le lui suggérer de changer juste quelques mots et d'interpeller à nouveau nos autorités cantonnales concernant le projet d'éoliennes à Tête-de-Ran.

On peut rêver !!!!

Les Amis de Tête-de-Ran / La Vue des Alpes

 

************************

 

Interpellation au Grand Conseil

Tournez les hélicos  - Tourisme héliporté dans les Gorges du Doubs

1.11.2005

Alors que le Cachemire manque cruellement d’hélicoptères de transport pour venir au secours des très nombreuses victimes du séisme du 8 octobre 2005, des amateurs de vol à moteur se font régulièrement, et depuis de nombreuses années, héliportés jusque dans l’idyllique vallée du Doubs au lieu dit la Maison Monsieur.

Il est vrai qu’aller boire l’apéro ou déguster la truite au bleu en «s’envoyant en l’air» ne doit pas manquer de charme.

Cependant, ce site est sous la protection du décret du 14 février 1966 concernant la protection des sites naturels du canton, et même si nous parlons d’une trentaine de mouvements par année, il est incompréhensible que cela puisse se faire impunément.

Si nous pourrions parfaitement comprendre que pour des raisons de sauvetage ou de débardage de tels moyens soient utilisés, prendre l’hélicoptère pour se rendre dans un endroit desservi par une route, atteignable à la belle saison par les transports publics, et surtout lieu de balades et de randonnées magnifiques, n’entre pas dans notre acceptation du terme bon sens.

A part le fait de déranger la faune, particulièrement les oiseaux, les amoureux de ce site, et ils sont nombreux, ne comprennent pas qu’aucune mesure mette fin à cette utilisation de l’espace aérien d’un endroit qui mérite largement d’être préservé.

Vu que même l’OFAC (Office fédéral de l’aviation civil), règle le vol à basse altitude en offrant de larges compétences aux communes – La Chaux-de-Fonds dans le cas d’espèce – nous souhaitons interpeller le Conseil d’Etat sur les questions suivantes :

  • cet emplacement est-il une place d’atterrissage officielle pour des atterrissages privés, de pure satisfaction personnelle, voire même commerciale ?

  • une autorisation est-elle donnée à cet effet par le propriétaire du bien-fonds, c’est-à-dire notre bonne République ?

  • ce trafic est-il compatible avec le décret concernant la protection des grèves ?

  • un arrangement a-t-il officiellement été convenu avec la commune concernée et celle-ci peut-elle effectivement autoriser pareille pratique ?

Une seule réponse juridico-juridique ne saurait nous satisfaire, car le CE d’alors nous avait déjà gratifié d’une réplique « langue de bois » particulièrement professionnelle en répondant à la question de François Bonnet en décembre 2002.

 

************************


Notre suggestion ....


Interpellation au Grand Conseil

Tournez les hélices . Tourisme hélipède sur les Crêtes neuchâteloises.

?.??.2006

Alors que le Cachemire manque cruellement de moyens pour venir au secours des très nombreuses victimes du séisme du 8 octobre 2005, des amateurs de hochets pourront s'amuser, et ce pendant  de nombreuses années, à se faire véhiculer, en charrettes  à moteur ou à dos de mulets,  jusque sur les idylliques crêtes du Jura neuchâtelois au lieu dit Tête-de-Ran.

Il est vrai qu’aller boire l’apéro ou déguster une bonne fondue cuite au feu éolien (quoi de mieux pour s’envoyer en l’air ) ne doit pas manquer de charme.

Cependant, ce site est sous la protection du décret du 14 février 1966 concernant la protection des sites naturels du canton, et même si nous parlons de 7 hochets générant des millions de mouvements par année, il est incompréhensible que cela puisse se faire impunément.

Si nous pourrions parfaitement comprendre que pour des raisons de sauvetage de la planète de tels moyens soient utilisés, devoir user de tels appâts pour que les touristes se rendent dans un endroit desservi par une route, atteignable à la belle saison par les transports publics, et surtout lieu de balades et de randonnées magnifiques, n’entre pas dans notre acceptation du terme bon sens.

A part le fait de déranger la faune, particulièrement les oiseaux, les amoureux de ce site, et ils sont nombreux, ne comprennent pas qu’aucune mesure mette fin à cette utilisation de l’espace aérien d’un endroit qui mérite largement d’être préservé.

Vu qu'un décret protège le vol à basse altitude des oiseaux migrateurs en offrant de larges compétences aux communes – Les Hauts-Geneveys et Fontaines dans le cas d’espèce – nous souhaitons interpeller le Conseil d’Etat sur les questions suivantes :

  • cet emplacement est-il une zone industrielle officielle pour des intérêts privés, de pure satisfaction personnelle, voire même commerciale ?

  • une autorisation est-elle donnée à cet effet par le propriétaire du bien-fonds, c’est-à-dire notre bonne République ?

  • ce trafic est-il compatible avec le décret concernant la protection des crêtes ?

  • un arrangement a-t-il officiellement été convenu avec  les commune s concernée s et celle s -ci peuvent-elles effectivement autoriser pareille pratique ?

Une seule réponse juridico-juridique ne saurait nous satisfaire, car le Departement de la gestion du territoire nous avait déjà gratifié d’une réplique « langue de bois » particulièrement professionnelle en répondant à la question des Amis de Tête-de-Ran en décembre 2002.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2019 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage