Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Projets d'éoliennes dans l'Arc jurassien > Canton de Neuchâtel > Revue de presse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Neuchâtel
  Revue de presse
  Concept NE 2009
  Concept NE 2010
  Chaumont - NE
  Communal La Sagne NE
  Grand Coeurie - NE
  Joux-du-Plâne - NE
  Mont de Boveresse - NE
  Monts de Buttes - NE
  Vue-des-Alpes - NE
  Pouillerel - NE
  Tête-de-Ran - NE
  Jura
  Jura bernois
  Vaud
  Fribourg
  Valais
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse


04.07.2009 - Le Temps

Les défenseurs de l’environnement soutiennent l’installation d’éoliennes, mais pas n’importe où

ARC-JURASSIEN - Face à la multiplication d’annonces de projets de parcs d’hélices sur les crêtes, Pro Natura ne cache pas son inquiétude et réclame une planification claire.

La multiplication des projets de parcs éoliens sur les crêtes du Jura (LT du 03.07.2009) avive le débat. L’association de protection de l’environnement Pro Natura émet un «oui mais» à la déferlante de turbines. Où le «mais» prend plus d’importance que le «oui», face à la surenchère d’effets d’annonce.

«Quand je lis que Pro Natura est d’accord avec les projets, je suis pour le moins surpris», explique le porte-parole, Nicolas Wüthrich. Qui s’empresse d’affirmer sans ambages être «favorable aux énergies renouvelables, donc à l’éolien, mais pas n’importe où, ni n’importe comment».

Première source d’inquiétude: la quantité de projets. «Il faut certes produire de l’énergie verte, mais aussi s’appliquer à économiser l’électricité. La multiplicité actuelle donne l’impression qu’on additionne sans fin. Il ne faut pas faire pour faire», poursuit Nicolas Wüthrich.

Et surtout, insiste-t-il alors, cette possible invasion de turbines aériennes, au sommet de mâts de 100 mètres, «a un énorme impact. Et il n’est pas question de ne pas tenir compte de la protection de l’environnement.»

Des adversaires résolus

La notion d’impact est perçue de plusieurs manières: par la lorgnette des défenseurs de l’environnement, mais aussi par le prisme de l’acceptabilité par les populations. Il y a encore les adversaires résolus de l’Association «paysages sans éoliennes».

«La Suisse n’est fondamentalement pas un pays éolien», clament-ils, en raison du manque de force et de régularité des vents, de l’absence de grands espaces libres inhabités. «Et parce que la construction d’aérogénérateurs de plus de 100 mètres de haut sur les endroits les plus exposés de nos crêtes a un impact désastreux sur le paysage». Ils émettent encore des doutes sur la rentabilité de la production d’électricité à partir du vent et sur la part marginale de cette énergie.

Du côté de Pro Natura, les inquiétudes sont focalisées sur les atteintes au paysage. «Et sur la faune, précise Nicolas Wüthrich. Il y a un impact réel sur les oiseaux et, a-t-on découvert dernièrement, sur les chauves-souris. Au plan environnemental, les zones de protection, définies par la Confédération, sont exclues. L’empiétement de certains projets n’est pas acceptable.» Et d’en appeler à des planifications cantonales claires. «Ce n’est pas toujours le cas.»

Les cantons seraient-ils laxistes? «Je m’inscris en faux, rétorque Jean-Luc Juvet, chef du Service neuchâtelois de l’énergie. Neuchâtel a été l’un des premiers en Suisse à définir une planification, en 2001. Elle prévoyait deux parcs, dont celui du Crêt-Meuron. En 2008, le Conseil d’Etat a décidé de revoir sa conception. Elle fera la pesée d’intérêts entre ce qui est techniquement faisable, acceptable pour le paysage et souhaitable en termes de politique énergétique.» Il insiste: «Les cantons gèrent le développement des parcs éoliens. Ce qui est incontrôlé, ce sont les effets d’annonce. Les promoteurs occupent le terrain médiatique, physique et vis-à-vis des propriétaires fonciers. Ça n’a pas grand-chose à voir avec la réalité.»

Pas intégrable

La question de l’intégration d’éoliennes au paysage a fait l’objet d’une étude du bureau Natura, aux Reussilles, au pied du Mont-Crosin. «Il faut d’abord admettre qu’une éolienne ne s’intègre pas dans un paysage, explique le codirecteur, Emmanuel Comtesse. Elle sera toujours visible.» Ce qui n’en fait pas forcément une verrue. «Il s’agit d’identifier comment la population perçoit le paysage avec des éoliennes, et quand on atteint la saturation.» Son bureau a estimé que, sur les quelque 7 kilomètres de crête du Mont-Crosin, une vingtaine d’éoliennes pouvaient prendre place. La société Juvent va en construire huit nouvelles, en plus des huit existantes. «Ce qui est important, c’est d’avoir, à côté des éoliennes, un horizon dégagé, reprend Emmanuel Comtesse. Il faut placer les machines par grappes et pas les échelonner de manière linéaire sur la crête. La morphologie du terrain compte pour beaucoup. Ce qui est valable pour un site ne l’est pas forcément pour un autre. On doit enfin prendre en compte l’ensemble des parcs. Ça peut poser problème si, d’une crête, je vois les machines sur la montagne voisine.» Et d’expliquer, comme à Pro Natura, que tout est question de planification, «globale et intercantonale», insiste Emmanuel Comtesse.

Il faut encore insérer, dans le débat, les «conflits d’intérêts locaux». Les propriétaires fonciers encaissent une redevance pour la mise à disposition de leur terrain. L’importance des investissements ne laisse pas certains édiles communaux indifférents. «Il y a alors un risque de travers dans l’appréciation globale des enjeux», note le porte-parole de Pro Natura.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2022 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage