Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Projets d'éoliennes dans l'Arc jurassien > Canton du Jura > Revue de presse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Neuchâtel
  Jura
  Revue de presse
  Concept jurassien
  St.-Brais
  Lajoux
  Peuchapatte
  Les Bois
  Jura bernois
  Vaud
  Fribourg
  Valais
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse


16.09.2009 - Le Temps

Jeu de poker éolien à Delémont

JURA - Sollicités par le maire de Delémont, Pierre Kohler, les Services industriels genevois sont prêts à investir 100 millions. Dans le dos du canton et des Forces motrices bernoises, partenaire électrique traditionnel du Jura.

Analyse

Le grand souk de l’éolien sur les crêtes jurassiennes s’est enrichi lundi d’un nouveau «grand projet»: 17 turbines capables de produire 60 GWh et de couvrir les besoins de 23 000 ménages sont planifiées sur les hauts de Delémont. Programme initié par le maire PDC aux affinités vert-libérales du chef-lieu jurassien, Pierre Kohler, en partenariat avec les Services industriels de Genève. Qui escomptent planter 70 autres éoliennes sur les hauteurs vaudoises, neuchâteloises, soleuroises et bernoises. Dans les environs de Delémont, les hélices devraient tourner en 2013-2014. Les SIG investiront 100 millions.

Le projet paraît séduisant. Ce d’autant qu’un premier obstacle a été franchi: les propriétaires des terres sur lesquelles seront arrimées les machines ont signé une convention avec la Ville de Delémont. Qui leur promet 5000 francs de mise de départ, puis 1000 francs par mois et par éolienne dès qu’elles tourneront. C’est plus que ce que touchent les agriculteurs de Mont-Crosin, où se trouve le seul parc éolien actuellement en activité en Suisse. Mais on ne connaît pas l’avis des propriétaires terriens voisins de la Haute-Borne, près de Delémont, qui subiront les nuisances des éoliennes sans les royalties.

Surenchère

Le programme Delémont-SIG est un «coup» de plus dans la partie de poker menteur qui voit les compagnies électriques, publiques ou privées, multiplier les effets d’annonce pour occuper un marché virtuel et le terrain médiatique et stratégique. Cette prolifération anarchique et surenchérie sert-elle la cause de la diversification énergétique?

Le projet Delémont-SIG part d’une double bonne intention. D’un côté, les Services industriels genevois doivent investir pour produire de l’électricité verte; de l’autre, Pierre Kohler, arrivé à la mairie de Delémont en décembre 2008, adepte de la visibilité médiatique, veut profiler sa ville. L’éolien constitue une source de diversification intéressante. A condition d’être traité avec sérieux, dans le respect de l’environnement naturel, politique et social. Or, on nage en plein bricolage à Delémont.

Pourquoi dix-sept éoliennes? «Ce sera peut-être 15 ou 19, on verra», répond le directeur des SIG, André Hurter. Quelle est la force du vent sur le site retenu? «Nous devons encore affiner les mesures.» Quelle hauteur pour les turbines? A voir, mais pas des machines de 150 mètres. «Mieux vaut des éoliennes plus petites, qui produisent moins mais s’intègrent au paysage.» Quelle rentabilité? Là encore, on élude, en affirmant que la Ville de Delémont pourra acquérir 25% de l’électricité produite.

A ajouter à l’embrouillamini, des bisbilles intra-jurassiennes. Ex-ministre de l’Environnement, Pierre Kohler n’a pas cru bon d’informer son successeur, Laurent Schaffter. Et le Jura dispose d’un plan d’aménagement des éoliennes, qui énumère quatre sites aux Franches-Montagnes, ainsi qu’une dizaine de sites «en réserve». Delémont n’y figure pas. Pierre Kohler et Laurent Schaffter sont des ennemis jurés de longue date. Le maire de Delémont a-t-il fait le bon choix en voulant passer en force?

Alors, on avance cet argument – comme avec le projet d’usine de bioéthanol à Delémont: peut-on refuser un investissement de 100 millions dans le Jura?

En plus d’avoir snobé l’autorité cantonale, Pierre Kohler a préféré les SIG au «partenaire électrique naturel» du Jura, les Forces motrices bernoises. En soi, la concurrence et la liberté de choisir sont saines. A condition de ne pas fâcher le partenaire énergétique privilégié du canton. Le Jura peut-être se permettre d’être en conflit avec les FMB?

Hostilité

Les autorités jurassiennes sont favorables à la construction d’éoliennes, mais pas à leur prolifération. Un texte légal le précise. Plusieurs projets ont dû être abandonnés pour cette raison. Pierre Kohler fait le forcing. N’a-t-il pas lu le résultat d’un sondage du Quotidien jurassien? 61% des Jurassiens qui se sont prononcés sont hostiles à voir pousser des éoliennes sur toutes les crêtes.

Le développement souhaitable de l’énergie éolienne mérite mieux que ce triste spectacle. Il est discrédité par la convoitise effrénée des sites par les sociétés électriques, les annonces à l’emporte-pièce, les jalousies et les guéguerres locales.

Serge Jubin

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2022 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage