Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Projets d'éoliennes dans l'Arc jurassien > Canton du Jura > Revue de presse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Neuchâtel
  Jura
  Revue de presse
  Concept jurassien
  St.-Brais
  Lajoux
  Peuchapatte
  Les Bois
  Jura bernois
  Vaud
  Fribourg
  Valais
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse


10.10.2010 - L'Impartial

Bientôt trois éoliennes de plus dans les Franches-Montagnes

JURA - Le chantier se déroule selon les prévisions sur le site du Peuchapatte (commune de Muriaux). Une éolienne est achevée, la seconde et la troisième le seront d'ici le milieu du mois. Les trois turbines produiront du courant cette année encore. Le maître-d'oeuvre, la société Alpiq, assure que tout a été entrepris pour réduire les nuisances au maximum. Reste que tout le monde retient son souffle, ministre compris!

Le parc éolien du Peuchapatte se trouve en face du plus grand du pays, celui du Mont-Crosin (16 turbines). Les événements n'ont pas traîné depuis l'octroi du permis, le 9 avril dernier. Le même constat ne s'applique pas aux années antérieures, puisque les premières études remontent à 2002.

Depuis mai, les choses s'accélèrent au lieu-dit le «Point-de-Vue», situé à 1129 m d'altitude, ce qui fait de cet endroit le toit du Jura. La société Alpiq (le siège de la holding se trouve à Neuchâtel) y a mis un coup, comme on dit. Le fournisseur allemand Enercon a acheminé les trois turbines par voie maritime jusqu'à Bâle, puis par camion jusqu'aux Franches-Montagnes. Poids total d'une éolienne: 2000 tonnes. Le mat mesure 108,5 mètres, la pale 48. Une fois dressées, les trois éoliennes pointeront à 148 mètres, contre 119 mètres aux deux de Saint-Brais, par exemple. Au point qu'il a fallu faire venir une grue spéciale. «On les voit de partout», admettaient hier les spécialistes à l'occasion d'une visite de chantier. Sans forcément bomber le torse.

L'investissement total de l'installation s'élève à 18,5 millions de francs, supportés en totalité par Alpiq. Les tests vont durer un mois. D'ici à la fin de l'année, le parc éolien du Peuchapatte entrera en fonction. Sa production annuelle, estimée à 14 millions de kilowattheures, est censée approvisionner 4000 foyers (2000 pour Saint-Brais). Les trois éoliennes sont distantes de quelque 700 mètres et se trouvent à 550 mètres des premières habitations. Au départ, il était prévu d'en installer quatre avec des mâts de 70 à 75 m.

«Chaque mètre supplémentaire nous permet d'augmenter la production de 1%», commente Guillaume Gros, responsable des opérations chez Alpiq. Mais il y a encore de la place sur le site (prioritaire) et les environs pour quatre autres éoliennes. Un appel d'offres a été lancé conjointement par les communes des Bois, des Breuleux et du Noirmont.

Alpiq assure que les nuisances sonores ne dépasseront par le maximum autorisé par la loi, soit 45 décibels à l'extérieur des habitations. «Bien sûr que les habitants du Peuchapatte (réd.: une quarantaine) vont entendre du bruit», reprend Guillaume Gros. «Mais vous savez, les éoliennes tournent quand il y a du vent. Et du vent, il y en a plus l'hiver que l'été. Et ce n'est pas en hiver qu'on a les fenêtres ouvertes.» Point, barre.

En visite la semaine dernière sur le chantier, Laurent Schaffter n'a pas offert une tournée générale. Le ministre de l'Environnement est en soucis. Le canton, d'ailleurs, a exigé une expertise supplémentaire au niveau du bruit, confiée à un bureau neuchâtelois. Mais cela n'a pas suffi à apaiser les craintes du ministre, qui retient son souffle. Comme beaucoup de monde dans la région. «Il nous a même demandé si nous pouvions déplacer les éoliennes», dixit Guillaume Gros, un brin déboussolé par la question. Sur l'épaule, clope au bec?

En alignant les trois éoliennes le long de la crête, la structure du paysage est respectée, estiment les investisseurs. Quelque 3,2 km de câbles ont été enterrés jusqu'à la sous-station de La Goule du Noirmont. Les trois bécanes sont érigées sur le terrain de quatre privés, qui empocheront 8000 francs annuellement par éolienne. La commune de Muriaux, qui a absorbé celle du Peuchapatte à la suite d'une fusion, encaissera 50 000 francs par année. Destinés à un fonds consacré à l'aspect paysager du Peuchapatte. Le tout pour vingt ans au minimum, maximum trente.

Bientôt donc cinq éoliennes dans les Franches-Montagnes, aucune dans les deux autres districts. Stop? Encore?

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2022 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage