Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Projets d'éoliennes dans l'Arc jurassien > Valais > Revue de presse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Neuchâtel
  Jura
  Jura bernois
  Vaud
  Fribourg
  Valais
  Revue de presse
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse


12.02.2011 - Le Nouvelliste

Le vent tourne pour l'éolien ?

VALAIS - Avec la rétribution à prix coûtant, les projets ont poussé dans tout le canton. Aujourd'hui, certains, comme celui du Sanetsch, ont été abandonnés ou sont au point mort. Le point de la situation.
 
Deux éoliennes et puis c'est tout? A ce jour, seules celles de Collonges et de Martigny tournent dans le ciel valaisan. Le projet privé de Charrat, qui dispose d'une autorisation de construire, a été intégré au plan du parc éolien de ValEole, à cheval entre Fully, Saxon et Charrat. Le développement de celui de Martigny est suspendu à l'élaboration du plan de zone de la ville. Côté Collonges-Dorénaz, l'affaire est dans les mains du Tribunal fédéral, Florence Lattion Richard ayant décidé de lui demander de statuer sur son droit à recourir contre le plan d'aménagement détaillé du parc. Pour la jeune femme, la jurisprudence est inadaptée. «Il n'y a rien de comparable à une éolienne en Valais. Il n'y a aucune construction qui fait 150 m de haut et qui est en mouvement. On est dans un cas particulier qu'il faut traiter en tant que tel.» Si le TF lui donnait raison, le dossier retournerait dans les mains du Conseil d'Etat, qui devrait statuer sur le fond du dossier et non plus sur la forme. Jusqu'ici, il s'est «contenté» de dire à Florence Lattion qu'elle habitait trop loin de l'éolienne pour recourir. Dans le cas contraire, RhônEole pourrait mettre à l'enquête publique deux éoliennes supplémentaires.

La contestation s'organise

Ailleurs en Suisse, principalement du côté du Jura et de Neuchâtel, la grogne monte. La Fondation pour la protection du paysage s'en mêle, des associations d'opposants fleurissent. En Valais, on s'organise aussi. L'an dernier, plusieurs contestataires ont fondé l'Association pour la protection du paysage du coude du Rhône. «Je me sens moins seule», admet sa présidente Florence Lattion Richard, «mais je serais allée au bout de mon combat. Les éoliennes ont trop d'effets négatifs en regard du peu d'énergie qu'elles produisent. En créant un site internet (http://www.appcr.ch/), en diffusant des photomontages réalistes? les gens commencent à s'informer et à se rendre compte de ce qui va pousser sous leurs yeux.» Des contacts sont pris pour créer un mouvement à l'échelle nationale.

Voilure réduite

Chez RhônEole, qui possède les deux seules éoliennes industrielles opérationnelles en Valais, on sent certaines réticences. «Il y a une sensibilité à l'éolien qui augmente», reconnaît son président Nicolas Mettan, «une partie du souci est liée à la multiplication des projets qui peut donner une impression de relative anarchie, renforcée par le fait que des propriétaires de terrain ont été approchés par des promoteurs extérieurs pour y construire des éoliennes. Il faut dire ici que seuls pourront se faire les projets figurant dans les périmètres définis par les communes et reconnus par le canton. Entre Evionnaz et Riddes, rien ne se fera en dehors des parcs des Dents-du-Midi, de Martigny et de Charrat-Fully-Saxon.» Trois éoliennes sont projetées à Collonges, autant à Martigny.

Et à Charrat?
«Nous sommes en train de définir le périmètre et de réaliser les études environnementales.» La première machine sera livrée au printemps 2012. Des sept éoliennes évoquées par le concept éolien suisse en 2004 à Collonges, il n'en reste plus que trois. «On peut produire davantage avec moins de machines», explique Nicolas Mettan, «nous sommes conscients que le territoire est limité. Nous devons nous adapter à la capacité d'accueil des sites disponibles. Tant qu'à faire, autant utiliser les meilleurs sites et Collonges ou Charrat sont parmi ceux-là.»

Nicolas Mettan se dit conscient de l'impact des éoliennes sur les populations locales. D'où, selon lui, l'intérêt du modèle RhônEole - repris par ValEole - qui permet de faire bénéficier directement ces mêmes populations des retombées économiques. Avec deux turbines, RhônEole verse chaque année 250 000 francs aux cinq communes partenaires. Le chiffre d'affaires des deux machines avoisine les 2 millions de francs. «Après déduction des frais de maintenance, de gestion, d'exploitation, les impôts, les assurances, les intérêts sur les emprunts et surtout les amortissements, le bénéfice ne représente que quelques milliers de francs. Mais les seuls montants qui sortent de la société, ce sont ces 250 000 francs versés aux communes. Nous n'avons pas versé de dividendes aux actionnaires.» Le Service électrique intercommunal (SEIC), les Services industriels de la ville de Lausanne et Sinergy, les trois partenaires électriques de RhônEole, n'y gagnent donc rien? «Pour l'heure, les gains se font surtout en termes d'image et de savoir-faire. On peut imaginer qu'une fois les éoliennes amorties, sur environ quinze ans, on versera des dividendes. Là encore, les communes actionnaires en bénéficieront.»

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2021 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage