Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Projets d'éoliennes dans l'Arc jurassien > Canton de Neuchâtel > Revue de presse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Neuchâtel
  Revue de presse
  Concept NE 2009
  Concept NE 2010
  Chaumont - NE
  Communal La Sagne NE
  Grand Coeurie - NE
  Joux-du-Plâne - NE
  Mont de Boveresse - NE
  Monts de Buttes - NE
  Vue-des-Alpes - NE
  Pouillerel - NE
  Tête-de-Ran - NE
  Jura
  Jura bernois
  Vaud
  Fribourg
  Valais
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse


09.11.2011 - L'Impartial/L'Express

Quelle stratégie pour NeuchEole?

NEUCHATEL- Après ceux du Locle, de La Chaux-de-Fonds et de Val-de-Travers, le législatif de Neuchâtel a donné avant-hier son aval à la constitution de la société NeuchEole SA. Ce sera fait, en principe, avant la fin de l'année. Elle doit permettre aux collectivités publiques du canton de négocier l'exploitation de l'énergie éolienne de manière coordonnée et dans l'intérêt général.

Motion PopVertsSol

Si les projets d'utiliser la force du vent pour produire de l'électricité ne datent pas d'hier, l'idée de confier à une société appartenant aux collectivités publiques la négociation des contrats d'investissement et d'exploitation est plus récente. C'est une motion du groupe PopVertsSol qui, en 2009, a déclenché le processus.

NeuchEole SA devrait être opérationnelle dès l'an prochain. Avec, au début, un capital-actions de 4,5 millions (50 francs par habitant). Si, en plus des quatre grandes communes, toutes les autres y adhèrent, on passerait à 8,6 millions.

De son côté, l'Etat de Neuchâtel avait entrepris la remise à jour de son concept éolien de 1998. La démarche aboutit aujourd'hui à la délimitation stricte de cinq sites d'implantation possibles pour des parcs éoliens (lire ci-contre). La Confédération doit encore, dans les mois à venir, donner son aval à ce plan directeur cantonal.

Investisseurs impatients

Mais les investisseurs n'ont pas attendu ces échéances pour se manifester. Certains, depuis plusieurs années, tentent de convaincre les autorités politiques d'accorder des permis de construire, ou des propriétaires de terrains de conclure des contrats de servitude. Ce sera désormais à NeuchEole de se placer comme premier interlocuteur, incontournable.

Objectifs généraux de NeuchEole: préserver les intérêts publics, minimiser les impacts négatifs, maximiser les retombées positives des implantations pour les collectivités. Mais aussi: éviter que les communes soient tentées de jouer la carte individuelle et de risquer le chaos.

«Ce projet se veut le contre-exemple de ce que nous voyons se passer dans le canton du Jura, où s'expriment les intérêts privés, où les habitants des villages se retrouvent divisés au sujet des éoliennes, où les sommes d'argent versées ressemblent plus à un système mafieux de graissage de mains qu'à de justes rétributions», expliquait le Vert Sergio Santiago devant le Conseil général de Val-de-Travers, lors de son débat sur NeuchEole.

Participation si possible majoritaire

La nouvelle société prévoit d'entrer dans le capital-actions des sociétés d'investissement, de construction et d'exploitation, dans la mesure du possible comme actionnaire majoritaire. Ou en bénéficiant d'une minorité de blocage, au cas où seraient prises des décisions contraires à l'intérêt général ou aux communes.

«C'est une stratégie très sûre», s'enthousiasme Roger Nordmann, conseiller national vaudois devenu expert en énergies renouvelables. «Aucun investisseur extérieur ne parviendra à construire ou à imposer quoi que ce soit sans l'accord des communes», souligne-t-il.

Mais les contacts exploratoires ont montré que les «investisseurs-concepteurs» (ou «développeurs») étaient ouverts à toutes formes de collaborations avec NeuchEole. «On a toujours voulu travailler avec des communes. Le fait d'avoir à négocier avec NeuchEole va dans ce sens puisqu'elle représente les communes», note Jean-Luc Juvet, directeur de Greenwind, société intéressée au site du Mont-de-Boveresse.

Parc à 700 millions

Pour l'heure, il n'est pas question que le canton participe financièrement à NeuchEole SA. Tant que le plan directeur éolien n'est pas définitivement sous toit, il pourrait se retrouver juge et partie en cas de redéfinition. De même pour les sociétés distributrices (Viteos, SEVT, Groupe E), qui pourront en revanche être actionnaires de sociétés d'exploitation.

Tel qu'il se présente sous la forme arrêtée en été 2010, le concept éolien du canton comporte une soixantaine d'éoliennes réparties sur cinq sites (tous entre 1100 et 1300 mètres d'altitude), avec un potentiel de production total de 208 millions de kilowatt-heure. L'investissement, pour les sociétés constructrices, tournerait autour des 700 millions de francs.

________________________________

Les éoliennes: évidence ou invasion pour les Vallonniers?

«Il faut que les gens des crêtes du Jura adoptent et apprennent à vivre avec les éoliennes comme les Valaisans l'ont fait avec les murs de béton de la Grande-Dixence et des autres barrages construits dans les Alpes à l'époque», a lancé, lundi, soir, Jean-Michel Bonvin, directeur de Greenwatt, à la centaine de participants venus assister au débat sur l'énergie éolienne organisé par la section Val-de-Travers du Parti socialiste.

Intitulée «Des éoliennes au Val-de-Travers: évidence ou invasion?», cette soirée d'information a réuni Roger Nordman, conseiller national vaudois chantre des énergies renouvelables, Christian Mermet, conseiller communal de Val-de-Travers en charge des dicastères de l'urbanisme et du développement durable, Jean-Michel Bonvin, directeur de Greenwatt, l'un des promoteurs du parc de la Montagne de Buttes et Fabienne Chapuis Hini, présidente de l'association Les Travers du Vent, association créée en réaction aux projets de parcs éoliens sur les crêtes du Val-de-Travers.

«Des ravages pour produire peu»

Cette dernière, propriétaire d'un chalet sur la montagne de Buttes, estime que la Suisse possède des espaces bien trop petits pour accueillir des éoliennes et que le vent y souffle insuffisamment. «Pour poser un mât, il faut ravager les montagnes, pour au final produire presque pas d'énergie», a-t-elle rétorqué à l'introduction de Jean-Michel Bonvin.

Dans la salle, beaucoup de partisans de l'éolien, mais également de nombreux Vallonniers inquiets de voir leur vallée cernée par les hélices des différents projets, y compris ceux des Vaudois, sur lesquels ils n'ont aucune emprise. La question du nombre d'éoliennes entourant le Vallon est ainsi souvent revenue sur le devant de la scène, et aucun des intervenants n'a pu y répondre précisément, même si la présidente des Travers du Vent s'est plue à articuler le chiffre de 116 au total, en incluant les projets vaudois.

En ce qui concerne les parcs neuchâtelois, Jean-Michel Bonvin s'est voulu beaucoup plus rassurant. «Ayez confiance en vos autorités, vous aurez les éoliennes que voudrez avoir et pas une de plus», a-t-il promis.

Une promesse qui tranchait avec les propos d'une habitante de Saint-Brais, où deux éoliennes ont été érigées fin 2009 et font depuis beaucoup jaser. «Au début, j'étais comme la plupart d'entre vous, favorable à l'énergie éolienne, mais on nous a menti du début à la fin. C'est une industrialisation massive qui laisse beaucoup de cadavres sur sa route et que très peu d'énergie. Vous verrez bien, si vous les laissez venir, on pleurera ensemble dans peu de temps.»

Baptiste Hurni, président du PS, a relevé la nécessité de faire primer l'intérêt général sur le privé et de ne pas passer à côté de cette opportunité au Val-de-Travers. «Il faut faire des parcs qui dérangent le moins possible, et veiller à ne pas saccager la vallée.»

Et Jean-Michel Bonvin de conclure: «Les KW/h les plus verts sont ceux que vous ne consommez pas.»
_____________________________


Dans sa version datée de l'été 2010, le canton a retenu cinq sites d'implantations pour un total potentiel de 59 éoliennes (de 2 mégawatts chacune, en moyenne).

Crêt-Meuron: sept éoliennes, production potentielle de 23 GWh. Société intéressée: Eole-RES.

Montagne-de-Buttes: 20 éoliennes, 70 GWh, Alpine Wind et Greenwatt.

Vue-des-Alpes /Montperreux: 10 éoliennes, 40 GWh, Greenwatt.

Joux-du-Plane: 4 éoliennes, 12 GWh, Greenwatt.

Mont-de-Boveresse: 18 éoliennes, 63 GWh, SIG /ReInvest.

Le site de Chaumont n'est finalement pas retenu, contre le souhait de la ville de Neuchâtel, dont le Conseil général avait voté en 2004 déjà un crédit de 8,8 millions pour la réalisation d'un parc.

Les sites de la Tourne (Grandes Pradières) et du Communal de La Sagne - encore retenu en 2009 - ont également été déclassés, alors que celui du Mont-de-Boveresse a été repêché.

Commentant cette planification, Roger Nordmann estimait hier qu'elle permettait de construire ces installations progressivement, de gagner ainsi la confiance des populations et de poursuivre au gré des possibilités, des besoins et de l'acceptation.
________________________________

En chiffres

28
C'est le nombre de grandes éoliennes recensées fin 2010 par Suisse Eole. Elles représentent une puissance installée de 42 MW, pour une production annuelle d'environ 75 millions de kWh. De quoi répondre aux besoins de 21 000 ménages.

0,5pour mille:
c'est la part de la puissance installée en Suisse (42 MW) sur le total des pays de l'Union européenne. Seules la Slovaquie, la Slovénie, la Lettonie et Malte font moins bien.

2013
C'est dans le courant de cette année-là que le Conseil d'Etat doit répondre à l'initiative «Avenir des crêtes: au peuple de trancher».
Un texte qui s'oppose à l'installation d'éoliennes dans un canton jugé trop peu exposé aux vents et dont les crêtes sont protégées. Pour les partisans de NeuchEole, on ne peut pas attendre que le peuple se prononce à ce sujet: il faut être prêt à répon-dre aux investisseurs dès 2012.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2022 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage