Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


30.01.2012 - Le Liberté

Le vent tourne pour l’éolien européen

EUROPE - Alors que les énergies renouvelables sont sur toutes les lèvres suite à la catastrophe de Fukushima, le numéro un mondial de l’éolien Vestas licencie à tour de bras.

Depuis la catastrophe de Fukushima et les débats sur la sortie du nucléaire, le terme «énergies renouvelables» est à la fête. Solaire, biogaz et éolien font l’objet de toutes les attentions et de tous les espoirs. Dans ce contexte écolo-euphorique, l’annonce de Vestas est arrivée comme un cheveu sur la soupe: le numéro un mondial de l’éolien prévoit de licencier 2335 employés cette année, dont une majorité au Danemark. Le groupe danois n’exclut pas de biffer 1600 postes supplémentaires aux Etats-Unis dans un second temps.

En trois ans, c’est la troisième fois que Vestas, l’une des fiertés nationales aux côtés de Lego, taille dans ses effectifs, qui comptent actuellement plus de 23000 personnes. But de ce nouveau dégraissage? Contribuer à la réduction des coûts fixes de 150 millions d’euros d’ici la fin 2012. La direction a annoncé au début du mois qu’elle revoyait – pour la deuxième fois consécutive – ses prévisions de résultats pour 2011 à la baisse, à 6 milliards d’euros, contre respectivement 7 puis 6,4 milliards.

Le cas de Vestas, dont l’action a par ailleurs chuté de près de 90% depuis 2008, met le doigt sur les rafales qui secouent le milieu de l’éolien européen. Après des années d’insouciance dues à une croissance incessante, les entreprises se heurtent désormais à plusieurs écueils, alors même que la demande mondiale continue à exploser. Tour d’horizon.

Baisse de la manne publique

Crise de la zone euro et ralentissement de l’économie mondiale obligent, les investissements publics dans le secteur des énergies renouvelables se font plus prudents, comme l’ont rappelé des experts réunis à Abu Dhabi il y a deux semaines.

En ce qui concerne l’Europe, les spécialistes pointent notamment du doigt l’Allemagne et l’Espagne. Alarmé, le Danemark, qui assure la présidence tournante de l’UE, a d’ailleurs fait des questions d'énergie et d'environnement les priorités de son mandat.

Mais c’est d’outre-Atlantique que vient la plus grande menace pour les entreprises européennes actives dans l’éolien. A la fin de cette année, les autorités américaines pourraient mettre un terme à leur programme de subventions aux énergies renouvelables, le PTC. Ce dernier prévoit que les opérateurs de turbines reçoivent soit un crédit d’impôt de 2,2 cent par kilowattheure (kWh) produit, soit un rabais fiscal de 30% sur l’investissement de départ.

Si le gouvernement décide bel et bien de renoncer au PTC, la pilule sera très amère pour Vestas et ses concurrentes du Vieux-Continent. Car vu la dégringolade du prix du gaz naturel aux Etats-Unis, il paraît inévitable que de nombreux fournisseurs se tourneront plutôt vers cette source d’énergie. Or, «en 2010, les entreprises européennes se sont attribué plus de 30% du marché de l’éolien américain», souligne Julian Scola, de l’Association européenne de l’énergie éolienne (EWEA).

Concurrence chinoise

«La globalisation est à double tranchant pour les groupes éoliens européens: ils exportent davantage vers les autres continents mais subissent de plein fouet la concurrence, chinoise en tête», relève Julian Scola. L’Empire du milieu est un marché gigantesque, qui a longtemps fait les choux gras des constructeurs étrangers. Ces dernières années, les entreprises du cru ont néanmoins atteint un niveau technologique qui, couplé à des prix très doux, leur permet de s’arroger une copieuse part du gâteau national.

Pour l’instant, cette compétition ne déborde pas (trop) en terres occidentales. «Les fabricants chinois ne maîtrisent pas encore la qualité et les codes techniques européens», souligne l’ex-conseiller national et grand connaisseur de l’énergie éolienne Rudolf Rechsteiner. «Mais d’ici quelques années...»

Boom de l’offshore

Selon les spécialistes, l’éolien en mer devrait atteindre une capacité située entre 30 et 40 gigawatts (GW) en Europe d’ici 2020, contre 2,9 fin 2010 (voir ci-contre). «Le gros du marché se situe certes encore sur terre, mais les cartes commencent à se redistribuer depuis deux ans», commente Lionel Perret, de Suisse Eole.

Or, la réalisation des mastodontes qui équipent ces parcs offshore est extrêmement gourmande en capital. «C’est l’un des problèmes de l’entreprise Vestas: elle s’est adaptée à la nouvelle donne en développant une éolienne d’une capacité de 7 mégawatts (MW) et d’un diamètre de 164 mètres. Son carnet de commandes est plein. Mais le projet est extrêmement coûteux et les délais d’installation sont longs», commente Rudolf Rechsteiner.

A l’échelle mondiale, la capacité des installations éoliennes devait dépasser les 240 gigawatts (GW) à la fin 2011, couvrant près de 3% de la demande en électricité, selon l’association mondiale de l’énergie éolienne (WWEA). La puissance installée a doublé en trois ans. Les principaux pays dans le vent sont la Chine (52GW), les Etats-Unis (42 GW), l’Allemagne (28 GW), l’Espagne (21 GW) et l’Inde (14 GW), qui totalisaient les trois quarts des capacités mondiales à la fin juin 2011. La Chine connaît la progression la plus spectaculaire, avec 8 GW en six mois, correspondant à 43% du marché mondial des nouvelles turbines. Désormais, au moins 86 pays se sont mis à l’éolien, la croissance étant particulièrement forte dans les anciens Etats du bloc de l’Est.

Dans l’Union européenne, la capacité éolienne installée était de 84 GW à la fin 2010. La croissance éolienne s’est poursuivie à la hausse dans la plupart des pays européen en 2011. L’éolien offshore (en mer), encore largement minoritaire (environ 4%), gagne 866mégawatts (MW) de puissance en 2011 grâce à 235 nouvelles turbines, installées surtout dans les eaux britanniques, selon l’Association européenne de l’énergie éolienne (EWEA). Jusqu’à présent, 1371 éoliennes offshore ont été connectées au réseau européen, totalisant une puissance de 3813 MW (3,8 GW) dans 53 parcs éoliens de dix pays de l’UE. Neuf parcs éoliens offshore actuellement en construction amèneront 2375 MW supplémentaires, augmentant de 62% la capacité totale de l’énergie offshore de l’UE. Ce boom de l’éolien en mer devrait se prolonger ces prochaines années, si l’on en croit les prévisions de l’EWEA, qui table sur une capacité offshore de 40 GW d’ici 2020, suffisant pour assurer environ 4% de la consommation totale d’électricité de l’UE.

En Suisse, la puissance totale installée est actuellement de 45,5 MW, grâce à trente grandes éoliennes réparties sur neuf sites, dans les cantons de Berne, Jura, Valais, Uri, Lucerne et Soleure, ainsi qu’à une vingtaine de petites installations. La production annuelle d’électricité estimée avec la capacité actuelle est de 80 gigawattheures (GWh), soit la consommation de 23000 ménages, selon l’association Suisse Eole. Plus de cent nouvelles éoliennes sont en planification à l’horizon 2012-2016. Leur réalisation permettrait de fournir 150000 ménages en électricité.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2021 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage