Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


24.06.2012 - L'Impartial

On dénombrera 35 éoliennes

JURA BERNOIS - D'ici à 2035, la production éolienne devrait atteindre 115 GWh, avec les sites de la Montagne du Droit et de la Montagne de Tramelan. Peut-être plus si les projets intercantonaux se réalisent.

Depuis 2008, le Jura bernois dispose d'un plan directeur des parcs éoliens (PDPE). Elaboré par l'Association régionale Jura-Bienne (ARJB), il définit les sites d'implantation potentiels et fixe des priorités. Mais depuis 2008, les choses ont bien changé et l'ARJB met en consultation une révision de ce document de planification, qu'elle a présenté hier aux médias.

Pour rappel, le plan de 2008 avait retenu deux sites prioritaires - Montagne de Tramelan et Montagne de Moutier -, en plus de celui déjà réalisé à Mont-Crosin/Mont-Soleil. Sept autres étaient aussi référencés, mais jugés non prioritaires.

Hier, André Rothenbühler, secrétaire de l'ARJB, a souligné que cette modification faisait suite aux trois études paysagère, économique et énergétique (lire ci-dessous) effectuées sur mandat de l'assemblée des délégués de l'ARJB et de Centre Jura. «De plus, les études pour le plan d'affectation du projet de la Montagne de Tramelan nécessitent une modification du plan directeur de 2008», a-t-il expliqué.

Pour cette révision du PDPE, l'ARJB a donc réexaminé les différents projets de parcs à la lumière de ces trois études, mais aussi en fonction de l'état des projets situés dans des périmètres intercantonaux. «Nous avons aussi tenu compte des nouvelles normes, de la dimension des dernières éoliennes - 150m de haut à la pointe des pales au lieu de 100. Nous avons également défini des démarches pour que chacun connaisse les étapes nécessaires jusqu'aux permis de construire, et donné des recommandations pour la réalisation des plans de quartier.»

L'ARJB formule ainsi plusieurs propositions, notamment une distance d'au moins 500m par rapport aux bâtiments, avec l'accord des habitants, et le versement d'indemnités à ceux qui résident à proximité.

Plus que deux sites

La proposition de révision du plan retient deux sites: celui de la Montagne de Tramelan dûment modifié, comprenant dix éoliennes, et celui de la Montagne du Droit, avec environ 25 machines. S'agissant de ce dernier, il se compose du site existant de Mont-Soleil/Mont-Crosin (16 éoliennes), avec le remplacement progressif des plus petites (Juvent 6). Le périmètre serait étendu côté ouest sur la commune de Sonvilier, ce qui permet la construction de Juvent 7 (extension du parc actuel de Juvent, avec trois pièces). Côté est, le périmètre serait agrandi du côté du Jeanbrenin (trois machines) et de La Tanne (3 aussi).

S'agissant du projet de la Montagne de Moutier, l'ARJB estime que les conditions de sa réalisation ne sont plus vraiment remplies. D'abord, parce que les nouvelles éoliennes, beaucoup plus grandes, nécessitent une plus grande distance par rapport aux bâtiments existants. Conséquence: le nombre d'aérogénérateurs passerait de neuf à deux ou trois, ce qui ne répond plus vraiment aux exigences de concentration.

Ensuite, du fait de leur taille, les problèmes d'accès seraient très difficiles. De surcroît, il faudrait construire une nouvelle ligne électrique, non seulement coûteuse, mais qui traverserait un quartier d'habitations, avec tous les problèmes que cela pose. «Les conditions de réalisation de ce projet sont désormais très défavorables. A notre avis, la réalisation d'un plan de quartier par la commune serait vouée à l'échec. Si Moutier décide de mettre fin à la préparation du plan de quartier, nous proposons de retirer ce périmètre du PDPE. Sinon, l'état d'avancement du projet sera rétrogradé jusqu'à ce que la commune ou le promoteur apporte la preuve de sa faisabilité», a souligné André Rothenbühler.

Projets intercantonaux

Collaborateur de l'ARJB, Arnaud Brahier a, quant à lui, annoncé qu'en l'état actuel des choses, l'ARJB propose de geler les périmètres intercantonaux. Soit Rebévelier-Lajoux avec le Jura, la Joux-du-Plâne/l'Echelette avec Neuchâtel, et Montoz-Pré Richard - appelé aussi Harzer - avec Soleure. «Pour des raisons de concentration et de rentabilité, ces sites ne seraient réintégrés qu'en cas de réalisation de l'autre côté de la frontière cantonale.»

Quant aux autres projets de la Montagne de Romont, du Mont-Sujet et de Moron, l'ARJB estime qu'ils ne correspondent pas aux besoins et que la pesée des intérêts est défavorable. Elle propose donc de les retirer de la planification régionale.

Eléments nouveaux

Collaborateur de l'ARJB, l'Association régionale Jura-Bienne, Emilien Queloz a brièvement présenté les conclusions des trois études réalisées. Selon celle sur le paysage, il faut concentrer les éoliennes, dont la taille a passé de 100 à 150 m, et éviter leur dispersion. Une coordination au niveau de l'Arc jurassien serait nécessaire, mais elle n'est actuellement pas possible. Pour ce qui est des projets intercantonaux (Rebévelier-Lajoux avec le Jura, la Joux-du-Plâne /l'Echelette avec Neuchâtel, et Montoz-Pré Richard - appelé aussi Harzer - avec Soleure), l'étude estime qu'ils ne peuvent se faire que s'ils se réalisent aussi dans le canton voisin.

L'étude économique JuraEole SA constate que les conditions pour un développement plus important de l'énergie éolienne ne sont pas remplies dans le Jura bernois, et donc qu'il n'y a pas de raison d'ouvrir de nouveaux parcs. L'étude recommande la création d'une société en mains publiques afin de pouvoir bénéficier d'une partie du courant produit dans la région lorsque l'énergie éolienne sera économiquement rentable.

Quant à la stratégie énergétique, qui vise la société 4'000 watts à l'horizon 2035, l'objectif est de couvrir la production de chaleur grâce à 65% de sources renouvelables de la région (bois-énergie), 75% de l'électricité avec le renouvelable régional (éolien et photovoltaïque, en plus de l'hydraulique).

Par ailleurs, en plus des trois études, l'ARJB a tenu compte d'autres facteurs, notamment de la distance plus importante que jusqu'à aujourd'hui entre les bâtiments et les éoliennes. Selon les normes du Beco, il faut au minimum 350 m au lieu de 300, ce qui réduit le nombre d'aérogénérateurs.

Qu'en pensent-ils?

Moutier


Le conseiller municipal Pierre Corfu relève que les autorités prévôtoises connaissent les difficultés exposées par l'ARJB. «L'accès au site est en effet difficile pour les grands éléments des éoliennes, mais c'est techniquement possible. C'est vrai aussi qu'il faut construire une ligne électrique de 50 kilovolts (kv) si on érige huit éoliennes et de 16 kv si on réduit le nombre à trois ou quatre en raison de la distance nécessaire par rapport aux bâtiments existants. Ces lignes doivent être enterrées, ce qui coûte cher. Sans doute 20 millions pour une ligne de 50 kv. Nous allons faire nos calculs avec les promoteurs pour voir si le projet reste rentable ou non.» Ce n'est qu'après cette analyse qu'une décision sera prise, indique-t-il. De son côté, le maire Maxime Zuber relève que le Conseil municipal va examiner le diagnostic posé par l'ARJB. «Si celui-ci repose effectivement sur des éléments factuels, nous allons bien évidemment les intégrer dans notre réflexion et dans la pesée d'intérêts qui conduira notre décision. En cas de votation populaire, il faut pouvoir présenter des arguments en béton pour qu'un projet éolien ait une chance d'être accepté, tant le sujet soulève les passions.»

Romont

Maire de la petite commune, Yvan Kohler se dit très déçu de la proposition de révision et déplore l'attitude de l'ARJB qui, a ses yeux, a toujours eu un a priori négatif vis-à-vis de son projet, qui comprend sept éoliennes. «Nous avons dépensé de l'argent pour des études afin de l'adapter aux exigences requises, sans résultat. Nous allons donc en discuter et prendre position. Nous allons sans doute défendre notre projet et inviter l'assemblée des délégués à refuser cette révision, ou éventuellement demander de lier notre site à celui du Harzer tout proche.» Il constate que, si la révision est acceptée et que le parc de la Montagne de Granges se construit, «nous aurions les nuisances du site soleurois, mais sans les recettes que rapporterait notre projet, soit 300 000 à 400 000 francs.»
___________________________________

Séance d'information publique Pour permettre à la population de s'informer en détail du projet mis en consultation jusqu'au 25juillet, l'ARJB organise une séance d'information publique. Elle se déroulera ce lundi 25juin à 19h30à la salle de spectacles de Corgémont.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2021 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage