Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Projets d'éoliennes dans l'Arc jurassien > Canton de Neuchâtel > La Vue-des-Alpes > Revue de presse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Neuchâtel
  Revue de presse
  Concept NE 2009
  Concept NE 2010
  Chaumont - NE
  Communal La Sagne NE
  Grand Coeurie - NE
  Joux-du-Plâne - NE
  Mont de Boveresse - NE
  Monts de Buttes - NE
  Vue-des-Alpes - NE
  Revue de presse
  Le projet
  Pouillerel - NE
  Tête-de-Ran - NE
  Jura
  Jura bernois
  Vaud
  Fribourg
  Valais
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse


05.07.2012 - Le Courrier du Val-de-Travers

Noir avenir pour les crêtes et hauts plateaux du canton

NEUCHATEL - Noir avenir pour les crêtes et hauts plateaux du canton

Suite au dépôt du rapport du Conseil d’Etat au Grand Conseil, quant à la suite à donner à l’initiative « Avenir des crêtes, au peuple de décider » et à la conférence de presse tenue à ce sujet, jeudi 28 juin écoulé, l’association les Travers du Vent, est totalement surprise par cette réponse biaisée, peu compréhensible pour les citoyens, qui tente de faire croire que la protection des sites naturels perdure via le décret du 14 février 1966, alors qu’il n’en est rien.

En effet, le Conseil d’Etat propose tout simplement de réformer, par une loi, le décret de protection, en y introduisant les périmètres des cinq sites éoliens projetés ; ces zones naturelles deviennent donc des zones constructibles, permettant d’y ériger les usines électriques que sont les éoliennes, qui rappelons le, sont aujourd’hui généralement de 200 mètres de haut. Bien plus, par l’article 9, 2ème alinéa de la loi proposée, l’autorité se réserve le droit d’ajouter de nouveaux périmètres éoliens dans les zones du décret, donc en plus des cinq déjà prévus !

Le décret de protection des sites naturels est donc mis à néant puisque non seulement il contient des zones permettant la construction de machines industrielles, mais ces zones peuvent être étendues au gré de la volonté de l’autorité et des propositions des électriciens qui, depuis l’instauration des subsides et leur récente augmentation au 1er janvier 2012, sont particulièrement intéressés par une si bonne affaire !

Il s’agit là aussi d’un vrai déni de démocratie ; alors que l’initiative demande que les citoyens soient questionnés sur le devenir du patrimoine unique que sont les crêtes et hauts plateaux du canton, ce dernier s’en saisit comme d’une opportunité pour démanteler la protection assurée par le décret, en créant des zones constructibles dans les zones protégées.

Le Conseil d’Etat pense-t-il que les citoyens neuchâtelois seront suffisamment sots pour ne pas s’apercevoir de cette supercherie.

L’Association est également très surprise par la précipitation avec laquelle le Conseil d’Etat croit devoir traiter l’initiative ; en effet, lors de la conférence de presse, il a été déclaré que les citoyens seraient appelés à voter sur ce qu’il appelle un contre-projet indirect (sic) le 25 novembre prochain. Or, selon la loi sur les droits politiques, le Grand Conseil dispose d’un délai d’un an à compter du dépôt du rapport., soit à compter du 13 juin 2012. Donc, cette déclaration, qui ne figure cependant pas dans le rapport écrit, oblige le Grand Conseil à statuer lors de sa session de septembre prochain, ce qui le prive de son délai d’un an. Nous osons espérer que les députés n’accepteront pas les oukases du Conseil d’Etat qui violent leurs droits.

Ainsi, l’avenir qui se dessine pour les crêtes et hauts plateaux est bien sombre, et,  c’est un décret de protection des sites naturels qui l’organise !

On peut d’ailleurs s’interroger sur la légalité d’un tel procédé ; en effet, dans son rapport, le Conseil d’Etat se réfère abondamment à l’arrêt Crêt Meuron du Tribunal Fédéral en 2005, pour ne pas le respecter puisque le TF avait décidé que ne s’agissant que de deux  parcs, on pouvait alors admettre, à titre d’exception, qu’il ne s’agissait pas d’un démantèlement de la protection des sites naturels. Aujourd’hui, il s’agit de cinq parcs, avec possibilité d’en créer d’autres et c’est le décret de protection des sites naturels qui permet ce massacre ! De qui se moque-t-on !

En ce qui concerne le Val de Travers, avec les projets vaudois, il sera entouré d’environ 110 machines ; les récentes protestations du canton à l’égard des Vaudois ne sont pas allées bien loin, pour l’instant du moins, et les coups de menton de l’exécutif neuchâtelois à l’égard du manque de concertation des Vaudois sont assez surprenantes, voire indécentes lorsque l’on sait que le canton a procédé de la même manière, en n’organisant aucune concertation avec le canton de Vaud pour les 60 machines prévues dans le canton et qui, compte tenu de leur grande hauteur, seront visibles depuis le canton de Vaud !

C’est un véritable sacrifice pour le Val de Travers, dont les hauteurs seront transformées en zones industrielles de production (bien faible) d’électricité et il est totalement illusoire et surtout mensonger de soutenir, comme le fait ce rapport, que ces zones continueront de servir au délassement, à la promenade et aux loisirs ; les éoliennes sont des machines dangereuses, qui projettent des glaçons de plusieurs kilos en hiver jusqu’à 400 mètres à la ronde et sur lesquelles les accidents sont relativement fréquents ; encore récemment en France, une pale de plus de 50 mètres a été arrachée par le vent et a atterri sur une voie d’autoroute. Une fois les éoliennes installées, les parcs seront fermés pour empêcher l’accès, avec autant de conséquences sur les lieux de promenades, les pistes de ski de fond, etc.

Lors des dernières élections communales, l’un des partis avait pour slogan « pour l’amour du Vallon » ; nous espérons que ce sera plus qu’un slogan de campagne et que nos élus, tous partis confondus, aux côtés des citoyens, défendront le Vallon et refuseront ce mépris des autorités cantonales pour notre vallée.

Communiqué - 3 juillet 2012

Association Les Travers du Vent
Pour la sauvegarde des sites et des plateaux du Val de Travers
Le Coude
2116 Montagne de Buttes

Fabienne Chapuis–Hini
Présidente de l’Association Les Travers du Vent
Membre du comité " Avenir des Crêtes, Au peuple de décider!"


Document PDF communiqué presse traitement initiative juin 2012.pdf 1.37Mo

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2021 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage