Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


28.08.2012 - L'Impartial

Jura bernois L'Association régionale Jura-Bienne a présenté hier les modifications qu'elle veut apporter au plan directeur éolien.

JURA BERNOIS - L'intérêt régional doit primer - Le Plan directeur parcs éoliens du Jura bernois vise une production de 115 GWh en 2035.

«Nous avons reçu une cinquantaine de prises de position à propos de la révision du Plan directeur parcs éoliens (PDPE): 18 proviennent de communes et de bourgeoisies, 8 d'associations favorables ou opposées à l'éolien, 15 de privés, 4 de développeurs, et les autres, des services d'aménagement des cantons voisins. Des prises de position qui sont souvent contradictoires.» Collaborateur de l'ARJB (Association régionale Jura-Bienne) qui a établi le PDPE, Arnaud Brahier a présenté hier à la presse les modifications que le comité directeur de l'ARJB a apportées au projet initial mis en consultation en juin dernier.
 
La présente révision porte sur la modification des états de coordination des différents projets éoliens. Dans la stratégie énergétique du Jura bernois, ceux-ci devraient produire quelque 115 GWh, soit un tiers de «l'effort électrique» régional à l'horizon 2035.
 
Révisions régulières

Comme l'a relevé Arnaud Brahier, la planification des parcs éoliens ne saurait être réglée par le seul biais de l'aménagement du territoire. D'autres facteurs, comme l'évolution technologique - les machines les plus récentes ont une puissance de 3,2 MW, contre 2 MW pour la génération précédente -, mais aussi les stratégies énergétiques nécessitent des révisions régulières du PDPE. D'autant que la réalisation d'un projet peut dépendre de la faisabilité ou non d'un autre. Par exemple son acceptation par la population, les possibilités d'injection du courant, ou encore l'impact paysager.
 
Dans ce contexte et sur la base des trois études réalisées (étude paysagère, stratégie énergétique, JuraEole), le comité directeur de l'ARJB estime qu'il n'y a pas lieu, en l'état, d'inscrire de nouveaux projets en coordination réglée. Ni, d'ailleurs, d'introduire de nouveaux projets de parcs éoliens dans la planification. Trois demandes allaient de ce sens.
 
Plusieurs participants à la procédure ont estimé que le PDPE ne prenait pas suffisamment en compte les intérêts régionaux. Grief écarté par l'ARJB, car «notre démarche vise à déterminer les sites les plus appropriés sur le plan régional. Ce n'est qu'au stade de la coordination réglée, quand la commune établit son plan d'affectation, que les intérêts locaux prennent leur importance.» Et le directeur de l'ARJB André Rothenbühler de renchérir en soulignant que «le PDPE ne doit pas être l'addition d'intérêts communaux, mais le fruit d'une réflexion régionale».
 
Première crête

D'aucuns ont déploré le fait que la construction d'éoliennes est interdite sur la première crête. André Rothenbühler a rappelé qu'il s'agit là d'une recommandation de la Fondation suisse pour la protection du paysage (FSPP) à laquelle sont attachés les cantons de Berne et de Neuchâtel - mais pas celui de Soleure. Jusqu'à nouvel ordre, ce principe est donc maintenu. Une exception est toutefois prévue pour le site du Pré Richard, qui pourrait voir assez vite le jour si celui voisin de la Montagne de Granges se construit. Le projet est en tout cas en bonne voie, côté soleurois.
 
S'agissant de la Montagne de Romont et du Mont-Sujet, tous deux ont été réintégrés, alors que le PDPE mis en consultation proposait de les écarter. Si, les perspectives semblent envisageables pour Romont (voir «Que des avantages»), «celles du Mont-Sujet sont beaucoup plus défavorables du fait de la qualité naturelle et paysagère du site», a relevé Arnaud Brahier.
 
Selon certains opposants, il vaut mieux miser sur le solaire que l'éolien. Pour l'ARJB, l'un n'empêche pas l'autre et toutes les énergies renouvelables sont nécessaires. D'autant qu'aujourd'hui, les performances énergétiques sont incomparables: pour produire autant de courant qu'une éolienne de la dernière génération, il faut une surface de 30 000 m² de panneaux photovoltaïques…
 
La Tanne abandonnée

En ce qui concerne l'implantation de trois éoliennes à la Tanne, le projet a été retiré en raison de l'opposition des habitants, des propriétaires et de la commune de Tavannes. Quant à celui de la Montagne de Moutier, il reste finalement inscrit, mais en coordination en cours.
 
D'ici à fin août, l'ARJB va envoyer le PDPE au canton pour examen préalable. Le cas échéant, elle y apportera les modifications voulues. Parallèlement, elle va rencontrer les communes concernées pour leur expliquer les modifications et en particulier les tenants et les aboutissants de la création d'une nouvelle société en mains communales (voir ci-dessous).
 
C'est le 5 décembre prochain que les délégués de Jura-Bienne et de Centre-Jura se prononceront sur l'acceptation du PDPE. En cas de refus, le plan actuel resterait valable. Pour le parc de Tramelan, cela signifierait par exemple que seules cinq des 10 éoliennes prévues pourraient être construites…

«Que des avantages»
 
Maire de Romont, Yvan Kohler se réjouit de voir que le site de la Montagne de Romont a été réintégré dans le PDPE, même si ce n'est toujours qu'au stade de l'information préalable. «Cela nous laisse au moins la possibilité de poursuivre notre projet.» Celui-ci n'a «que des avantages», assure-t-il. Les études réalisées à ce jour ont en effet permis de l'optimiser: ainsi, l'éolienne la plus proche des résidences secondaires côté Plagne, ainsi que celle située le plus au sud et qui était la plus visible ont été supprimées. «Les six ou sept machines qui restent sont dans une zone quasi inhabitée, en direction de l'Oberbürenberg, où le régime des vents est favorable.» Il note que les 115 GWh de production éolienne visés sont très modestes, à l'heure de la sortie du nucléaire. C'est bon pour ce projet.

Il s'étonne de voir l'ARJB dire que le site du Pré Richard pourrait se faire assez vite, en parallèle avec celui de la Montagne de Granges, malgré le fait qu'il se situe sur la première crête. «Si celui du Pré Richard peut se réaliser, je ne vois pas pourquoi le nôtre, tout proche, ne le pourrait pas.» Enfin, ajoute-t-il, le site de la Montagne de Romont ne poserait aucun problème d'injection du courant, qui se ferait à Pieterlen. Et de suggérer une collaboration possible avec les deux autres sites du Pré Richard et de la Montagne de Granges, quasi voisins.

Rencontre interjurassienne

A la demande des Genevez, le Conseil municipal de Saicourt et de Tramelan, ainsi que le groupe de travail ad hoc, ont rencontré vendredi dernier les autorités cantonales jurassiennes et communales des Genevez pour parler éolien. Le dossier de parc éolien de la Montagne de Tramelan a été présenté dans toute sa complexité et ses enjeux. Une rencontre constructive, a relevé hier la commune de Tramelan.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2021 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage