Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


27.09.2012 - La Gruyère

Parc éolien à l’étude dans le Gibloux

FRIBOURG - GIBLOUX - Le Châtelard, Sâles et Grangettes lancent une étude de faisabilité d’un parc éolien sur leur territoire. Pose de mâts de mesure bientôt à l’enquête.

Le projet en est à ses prémices. Mais la possibilité d’installer un parc éolien sur la chaîne du Gibloux est à l’étude. L’idée est lancée par les communes du Châtelard, de Sâles et de Grangettes, qui pourraient accueillir des éoliennes. Le pilotage technique est assuré par Ennova SA, une société spécialisée basée au Landeron (NE).

Première étape concrète: la pose d’installations de mesure des vents, prévue pour ces prochains mois. «La demande de permis de construire pour deux mâts va partir incessamment, indique Jean-Luc Juvet, directeur général d’Ennova. Si nous obtenons le feu vert et que la météo le permet, nous devrions les installer dans le courant du premier trimestre 2013. Les mesures dureront au minimum une année, voire deux ou trois ans.»

Très prudent avec le calendrier, le directeur évoque une éventuelle mise à l’enquête du parc éolien en 2016 et un début des travaux en 2017. «La procédure est très complexe. Il est important de procéder assez tôt à des mesures de vent, pour savoir s’il vaut la peine d’aller de l’avant ou non.»

Mâts de mesure de 90 m

Les mâts provisoires mesureront vraisemblablement 90 mètres. Ils doivent s’élever sur les hauts de Romanens, sur la commune de Sâles, ainsi qu’au lieu-dit Les Morvins, au Châtelard.

La taille de l’éventuel parc éolien reste à définir. Tout comme l’emplacement des éoliennes. «Trois machines sont un minimum. C’est tout ce qu’on peut dire pour le moment, expose Jean-Luc Juvet. D’après la technologie actuelle, les mâts pourraient mesurer 90 mètres et ils seraient dotés de trois pales de 50 mètres chacune.» En comparaison, la tour Swisscom du Gibloux mesure 118 mètres.

Quid de la capacité énergétique d’un parc éolien? «Une éolienne permet d’alimenter entre 1000 et 2000 ménages, en fonction de son emplacement et de son type, répond Jean-Luc Juvet. L’électricité serait réinjectée dans un réseau d’un fournisseur, par le biais de lignes enterrées.» Ennova estime que la production en électricité d’une éolienne équivaut à celle assurée par 30000 m2 de panneaux photovoltaïques.

Des premiers contacts ont été pris avec le canton. «Il n’a pas été relevé d’obstacle spécifique, indique Jean-Luc Juvet. Mais nous sommes loin d’avoir une autorisation. La mise à l’enquête d’éoliennes nécessite une étude d’impact approfondie, en tenant compte notamment de la protection des oiseaux et des chauves-souris, de la faune, de la flore, de la navigation aérienne et du bruit.»

Étonnamment, la chaîne du Gibloux ne figure pas parmi les sites répertoriés par le Concept éolien du canton de Fribourg, publié en 2008. «La liste n’était pas exhaustive, précise Serge Boschung, chef du Service de l’énergie. Il n’est pas impossible que d’autres endroits soient intéressants.»

Au moins 16,2 km/h

A condition de respecter une série de prérogatives. Par exemple, la vitesse moyenne annuelle du vent doit dépasser 4,5 m/s (16,2 km/h): un minimum pour assurer la viabilité énergétique et financière d’un parc éolien. S’y ajoutent le respect de normes environnementales, de protection du sol et du paysage ainsi que des problématiques d’aménagement du territoire (réaffectation de zones).

Serge Boschung ne se prononce pas sur la faisabilité d’un parc éolien sur le Gibloux. «Sans une analyse approfondie, c’est impossible à dire. La pose de mâts de mesure est un premier pas. Le canton est ouvert sur le principe, mais il ne donne pas de chèques en blanc.»

Financièrement, la phase d’étude est prise en charge uniquement par Ennova SA. Par expérience, son directeur général indique que l’évaluation d’un site «peut dépasser le million de francs».

Dans le canton, le projet éolien le plus avancé est celui du Schwyberg, au-dessus du Lac-Noir. En juillet dernier, le Conseil d’Etat avait donné son feu vert à la construction de neuf éoliennes par Groupe E Greenwatt. Mais plusieurs organisations environnementales viennent de faire recours au Tribunal cantonal. Groupe E Greenwatt projette un deuxième parc aux Paccots ainsi qu’une troisième installation au Cousimbert/La Berra, en collaboration avec Sol-E Suisse et Gruyère Energie.

___________________

L’initiative du Châtelard

La réflexion sur la création d’un parc éolien dans le Gibloux est née au Châtelard. «Nous sommes depuis quelque temps à la recherche de revenus supplémentaires, expose son syndic David Fattebert. En plus, un parc éolien permettrait de favoriser le développement durable. De même, nous pourrions aussi étudier des investissements potentiels dans la biomasse et le photovoltaïque.»

La petite commune glânoise a convaincu ses voisines de Sâles et de Grangettes de se réunir dans un groupe de travail, piloté, pour l’aspect technique, par la société Ennova SA. «C’est un projet participatif porté par trois communes, insiste David Fattebert. Les citoyens auront leur mot à dire pour toutes les étapes.»

Le 13 septembre dernier, Le Châtelard a organisé une séance d’information. «En tout, 53 personnes y ont participé, relève David Fattebert. C’est un joli succès quand on sait que nos assemblées communales ne réunissent souvent qu’une vingtaine de citoyens. Les échos étaient positifs. A la fin, nous avons demandé un vote consultatif, informel. C’était un oui à l’unanimité.»

De leur côté, Sâles et Grangettes viennent d’envoyer un tout-ménage explicatif à leurs citoyens. «C’est tout frais. Nous n’avons pas eu encore beaucoup de retours», notent leurs syndics respectifs, Jean-Marc Piguet et Willy Gobet. Des séances d’information sont prévues.

A Sâles, l’idée a vite séduit. «La Suisse a fait le choix politique de sortir du nucléaire. Il faut l’assumer, commente son syndic Jean-Marc Piguet. Il aurait été idiot de ne pas soutenir la démarche. C’est le devoir d’un exécutif communal de promouvoir des sources d’énergies alternatives.»

Pour les trois communes, les revenus proviendraient principalement de l’encaissement de droits de superficie pour l’utilisation de parcelles communales où s’élèveraient les éoliennes. L’électricité serait gérée par une entreprise distributrice spécialisée

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2021 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage