Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


15.10.2012 - La Liberté

Pour des millions de migrateurs, l’autoroute du soleil passe par la Berra

FRIBOURG - Chaque automne, le Cercle ornithologique de Fribourg procèdeau baguage de centaines d’oiseaux qui viennent se prendre dans ses filets.

Conditions idéales, hier matin, pour attraper des oiseaux. «Lorsqu’il va faire mauvais et que le vent vient de l’ouest, c’est parfait», résume Michel Beaud, vice-président du Cercle ornithologique de Fribourg (COF). Avec quelques camarades tout aussi passionnés que lui, il vient de passer toute une semaine au col de la Berra. Mission : baguer quelques-uns des millions de migrateurs qui, les rigueurs de l’hiver approchant, empruntent leur autoroute du soleil. «Et c’est à ce moment de l’année que la migration est la plus forte.»

Conditions idéales donc, hier matin, pour intercepter pinsons, rouges-gorges et bergeronnettes. Heureusement pour la dizaine d’amateurs à avoir répondu à l’invitation de l’association Nos oiseaux, qui proposait une visite de la station gruérienne. Après 45 minutes d’une revigorante marche matinale, la troupe rejoint donc les membres du COF, déjà affairés à baguer la moisson de l’avant-midi, stockée à l’abri de petits sacs de toile. A pied d’œuvre depuis le lever du jour, les ornithologues ont déjà marqué près de 300 oiseaux. «Lundi, nous en avons fait 535», indique l’un des bagueurs aux visiteurs. Mais toutes les journées ne sont pas aussi fastes. «Lorsqu’il pleut, on n’en attrape qu’une centaine. Mais aujourd’hui, comme c’est parti, on devrait à nouveau approcher les cinq cents!»

La moisson, entamée dès l’aube, ne s’arrête jamais. Chaque heure, les filets–dont les mailles affichent 12 millimètres–sont relevés, apportant leur lot de volatiles. Qui ne risquent rien:«Ces filets en nylon sont très extensibles. L’oiseau ne peut pas se blesser», assure Michel Beaud tout en décrochant délicatement un rouge-gorge. Placé dans son petit sac, celui-ci est «sécurisé», dit le spécialiste. «Il ne voit pas à l’extérieur, il ne stresse pas.» Et, bientôt nanti d’une bague à la patte, il retrouvera sa liberté.

130 espèces observées

Depuis 1949, date du premier baguage à la Berra, les ornithologues ont «étiqueté» pas moins de 80 espèces. «Mais nous en avons observé 130, car beaucoup d’oiseaux passent plus haut dans le ciel:cigognes, grues, cormorans…», précise Michel Beaud. Et, comme pour confirmer le propos, deux vols de cormorans fendent le ciel… Les amateurs de bêtes à plumes sont comblés! En parlant de plumes, le baguage a des airs de défilé de mode où le orange le dispute au jaune, au bleu, au vert… Une féerie de couleurs!

Huitante espèces jusqu’ici baguées, 130 observées, mais la station de la Berra a une «spécialité»:le roitelet huppé, soit le plus petit oiseau d’Europe. Il ne pèse guère plus de cinq grammes… Il niche en Russie ou en Scandinavie avant de rejoindre, pour l’hiver, le bassin méditerranéen. Petit le roitelet, certes. Mais costaud:«Il peut parcourir jusqu’à 1500 km en vingt jours», s’enthousiasme Michel Beaud. Mais pourquoi ce passereau est-il la spécialité du coin:«Parce qu’en Suisse, c’est ici qu’on en attrape le plus!»

Si, la plupart du temps les prises sont «ordinaires», elles sont parfois plus surprenantes. «Le plus rare, c’est sans doute ce pouillot à grands sourcils attrapé en 2003. Ce n’était que la cinquième mention de cet oiseau dans notre pays», indique Michel Beaud. Rare également, la reprise d’un oiseau déjà bagué. Cette année, c’est une mésange bleue marquée en Pologne qui s’est laissée piéger dans les filets gruériens. Combien de kilomètres ne ferait-on pas pour se dorer les ailes au soleil! Et, accessoirement, trouver de quoi manger. I

Honnies éoliennes

«Stoppés par les Alpes, les oiseaux qui viennent du nord et de l’est longent les Préalpes. Qui sont des endroits sensibles pour la migration.» C’est donc peu dire que Michel Beaud, vice-président du Cercle ornithologique de Fribourg (COF), voit d’un mauvais œil l’implantation de parcs éoliens sur les crêtes fribourgeoises. En particulier dans le secteur du Cousimbert et de la Berra, où huit engins pourraient se dresser (les études sont en cours). «C’est notre grande inquiétude», ne cache-t-il pas. Car éolienne, pour lui, rime avec hécatombe de volatiles, hachés par les pales de l’engin. Le développement des installations de remontées mécaniques–et donc de la fréquentation du site–dérange moins le vice-président du COF.

L’opposition déposée par l’organisation porte essentiellement sur les périodes d’ouverture du nouveau télémixte («LL» du 4 octobre). Il s’agit, pour les ornithologues, de ne pas déranger la nidification du tétras-lyre.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2021 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage