Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Projets d'éoliennes dans l'Arc jurassien > Canton de Neuchâtel > Revue de presse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Neuchâtel
  Revue de presse
  Concept NE 2009
  Concept NE 2010
  Chaumont - NE
  Communal La Sagne NE
  Grand Coeurie - NE
  Joux-du-Plâne - NE
  Mont de Boveresse - NE
  Monts de Buttes - NE
  Vue-des-Alpes - NE
  Pouillerel - NE
  Tête-de-Ran - NE
  Jura
  Jura bernois
  Vaud
  Fribourg
  Valais
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse


02.11.2013 - Le Temps

SIG et Ennova divorcent au son de cloche MCG

SIG - ENNOVA - GENEVE - Les autorités genevoises saluent le tribun Eric Stauffer, maire de la ville d’Onex et candidat à l’élection au Conseil d’Etat, pour ses bons offices. La Ville de Genève menace de faire recours en justice et de diligenter un audit indépendant.

Le conseil d’administration des Services industriels de Genève (SIG) a accepté vendredi l’accord négocié avec la société spécialisée dans l’énergie éolienne Ennova, scellant la séparation à l’amiable entre les deux partenaires. In extremis. La veille encore, les administrateurs de la régie publique autonome n’étaient pas parvenus à s’entendre sur l’objet présenté, rendant ce dernier caduc de facto.

Mais c’était compter sans le concours d’un «deus ex machina» nommé Eric Stauffer. «J’ai pris l’avion le 18 octobre pour le Tessin. Où j’ai discuté avec Monsieur Claudio Zanini, président d’Ennova. Et j’ai réussi à rasseoir les parties à la table des négociations une première fois», énumère le maire MCG de la commune d’Onex, candidat à l’élection au Conseil d’Etat genevois. Avec, pour résultat, un premier protocole d’accord, «que Monsieur Rémy Pagani [conseiller administratif de la Ville de Genève et administrateur des SIG] s’est évertué à faire planter en poussant l’assistance à franchir le délai de validité du texte», grommelle celui qui n’a pas personnellement participé aux négociations.

Le lendemain matin, le tribun MCG, par ailleurs révoqué pénalement du conseil d’administration des SIG en 2009, remet l’ouvrage sur le métier. «J’ai négocié un addendum de 24 heures et supplié les SIG de convier une séance extraordinaire», se félicite-t-il encore. La manœuvre aboutit. En substance, la nouvelle mouture de l’accord, dont on ne connaît pour l’heure pas tous les amendements, prévoit le rachat d’ici au 31 décembre des 20% d’actions détenues par les SIG – transaction évaluée à 15 millions de francs – par Ennova. «En plus du projet de parc éolien de Grandvent (VD), j’ai réussi à décrocher celui de Saint-Brais (JU)», signale Eric Stauffer. Ensemble, les deux projets sont estimés – surestimés, estiment plusieurs sources proches du dossier – à 8 millions.

Avec pertes et fracas

Résultat: les SIG, qui avaient versé 46 millions à Ennova, en retirent aujourd’hui la moitié, soit 23 millions en nature et en espèces. Les futurs ex-partenaires ne précisent par contre rien concernant le prêt de 33 millions que la régie avait consenti à Ennova.

Dans la foulée de cette annonce, la Ville de Genève, détenant 30% des SIG, a brandi la menace d’un recours en justice assorti d’un «audit indépendant sur les dysfonctionnements de la gouvernance des SIG», renchérit Rémy Pagani. Confiants, les SIG n’identifient aucun vice de forme au cours du processus d’adoption – durant lequel le magistrat d’Ensemble à gauche s’est abstenu, deux des quatre autres représentants de la Ville ayant voté pour – du protocole.

Contacté vendredi, Claudio Zanini se borne pour sa part à des commentaires de circonstance, se -félicitant de cette issue, et souhaitant par-dessus tout tourner la page de ce dossier. Le sauvetage que s’arroge Eric Stauffer porte – selon lui – sur 1,6 milliard. Ce que contestent les SIG, avançant un risque contractuel de 500 millions. «L’essentiel reste l’annulation du contrat JUEL III de 2011», insiste le conseiller d’Etat Pierre Maudet, qui reconnaît toutefois certains mérites à son adversaire politique, même auto-mandaté. Et le président du conseil d’administration des SIG, Alain Peyrot, de conclure: «L’intervention d’Eric Stauffer fut une surprise insolite. Mais elle a permis de renouer un dialogue en situation de tensions insolubles.»

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2022 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage