Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Projets d'éoliennes dans l'Arc jurassien > Canton de Neuchâtel > Revue de presse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Neuchâtel
  Revue de presse
  Concept NE 2009
  Concept NE 2010
  Chaumont - NE
  Communal La Sagne NE
  Grand Coeurie - NE
  Joux-du-Plâne - NE
  Mont de Boveresse - NE
  Monts de Buttes - NE
  Vue-des-Alpes - NE
  Pouillerel - NE
  Tête-de-Ran - NE
  Jura
  Jura bernois
  Vaud
  Fribourg
  Valais
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse


02.11.2013 - La Tribune de Genève - CP Ville de Genève

Les SIG divorcent enfin à l’amiable d’avec Ennova

SIG - ENNOVA - GENEVE - Les administrateurs hier l’accord qui met des SIG ont entériné fin à l’aventure de la régie dans l’éolien. L’action d’Eric Stauffer a été saluée.

Le couac de jeudi a été réparé. Hier matin, le conseil d’administration des Services Industriels de Genève (SIG) a accepté l’accord négocié avec Ennova, société spécialisée dans l’énergie éolienne. Ce feu vert ouvre la voie à une séparation à l’amiable entre les deux partenaires. Ils s’étaient associés en vue de développer des parcs éoliens, un programme jugé désormais financièrement trop risqué par la régie publique.

La veille, le projet de protocole présenté n’avait pas été adopté. C’est donc un accord modifié qui a été soumis aux administrateurs vendredi suite à un round de négociations dans la soirée. Tout n’est cependant pas rose: si les deux ex-partenaires affichent leur satisfaction, la Ville de Genève, actionnaire des SIG, menace, elle, de contester la validité de l’accord.

23 millions de perdus

Dans leur communiqué, les SIG et Ennova donnent quelques détails sur l’accord. Les actionnaires et dirigeants de la société tessinoise vont racheter les 20% d’actions détenus par les SIG, ainsi que les participations de ces derniers dans les sociétés des projets développés par Ennova. Le rachat a été évalué à 15 millions de francs.

De plus, Ennova cède aux SIG les projets de parc éolien de Saint-Brais (JU) et de Grandvent (VD), estimésà 8 millions de francs. C’est du reste le fait qu’Ennova ait accepté d’ajouter le projet de Grandvent dans la corbeille de divorce qui a convaincu le conseil d’administration des SIG d’approuver l’accord.

«C’est un bon accord, qui nous permet de tourner la page», commente Alain Peyrot, le président des SIG. Certes, les SIG ne récupèrent que 23 des 46 millions qu’ils avaient engagés dans l’aventure (ils avaient aussi accordé un prêt de 33 millions), mais ils préservent l’avenir: «A très long terme, nous aurions pu être amenés à devoir accepter de nous engager pour plusieurs centaines de millions de francs», assure Alain Peyrot.

Le président se veut aussi rassurant concernant le développement de l’éolien: «Nous allons simplement redimensionner notre programme. Avec Ennova, l’objectif était de produire 300 mégawatts (MW) uniquement sur les crêtes jurassiennes. Nous visons 250 MW, dont une grosse moitié viendrait de l’étranger.»

Eric Stauffer en médiateur

Une fois n’est pas coutume, «la participation déterminante du député Eric Stauffer» est saluée par les deux partenaires. LeMCG a du reste immédiatement transmis un communiqué. Son titre est éloquent: «Eric Stauffer désamorce une bombe financière».

Le candidat au Conseil d’Etat rappelle qu’il avait sonné l’alarme dès 2010. «Lorsque j’ai enfin pu lire le contrat qui liait les SIG et Ennova, j’ai cru défaillir, expliquet- il. C’est là que j’ai décidé d’aller rencontrer au Tessin la direction d’Ennova.» Après en avoir parlé avec Pierre Maudet, ministre de tutelle des SIG, Eric Stauffer a réussi à ramener tout le monde à la table des négociations. Ce sont elles qui ont permis de déboucher sur un accord.

La Ville continue le combat

La partie n’est toutefois pas tout à fait gagnée. La Ville de Genève, qui possède 30% des actions des SIG, conteste en effet l’accord passé. Rémy Pagani, qui représente la Commune au sein du conseil d’administration de la régie publique, a demandé hier matin le report du vote. Il a été battu, mais la Ville ne s’avoue pas vaincue. Elle indique vouloir «faire valoir son opposition à la validation dudit protocole».

Le Conseil administratif estime que les conditions n’étaient pas réunies pour que les membres du conseil d’administration se prononcent «valablement et en toute connaissance de cause sur un objet susceptible d’être lourd de conséquences ». La Ville de Genève a-t-elle réellement le pouvoir de bloquer le processus? Difficile à déterminer en l’état, le Conseil administratif se refusant pour l’instant à tout autre commentaire. De son côté, Alain Peyrot, président des SIG, espère qu’il ne s’agit là que d’un mouvement de mauvaise humeur.
_______________

Communiqué de presse de la Ville de Genève


Document PDF CP Ville de Genève 01 11 2013.pdf 80.51Ko

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2022 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage