Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Projets d'éoliennes dans l'Arc jurassien > Canton du Jura > Revue de presse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Neuchâtel
  Jura
  Revue de presse
  Concept jurassien
  St.-Brais
  Lajoux
  Peuchapatte
  Les Bois
  Jura bernois
  Vaud
  Fribourg
  Valais
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse


04.01.2014 - Tribune de Genève

Les SIG sont forcés de poursuivre dans l’éolien

ENNOVA - SIG - JURA - Le divorce entre la régie genevoise et sa partenaire Ennova s’avère inapplicable.

La série noire continue pour les Services Industriels de Genève (SIG) et leurs affaires éoliennes qui ont poussé leur directeur général à la démission en septembre. On avait pourtant cru à un épilogue. A la fin du mois d’octobre, les SIG annonçaient un divorce à l’amiable avec la société Ennova, qui avait été leur principale partenaire dans le développement de cette énergie renouvelable. Mais ce protocole d’accord est désormais «caduc», ont annoncé hier les SIG.

Selon la régie genevoise, qui n’a pas souhaité commenter son propre communiqué, l’accord en question «visait à mettre un terme à leur relation, sous réserve de conditions échéant au 31   décembre». Mais ces conditions n’ont pas été remplies, poursuivent les SIG, sans livrer d’autres détails.

Contrat toujours en force

Conséquence: les liens contractuels entre les SIG et Ennova sont maintenus, sous la forme du contrat Juel 3, qui a succédé en 2011 à deux précédentes conventions et qui est jugé très défavorable aux SIG. Ceux-ci ont investi 46 millions de francs sous forme de capital ou de prêts sans que la moindre éolienne ait vu le jour ou soit même sur le point d’être autorisée. Selon l’audit rendu en août par Ernst & Young, les SIG supportent «l’intégralité du risque financier». De plus, «le caractère rentable ou non des parcs (une fois construits) est un risque complémentaire porté intégralement par SIG», tandis que «les avantages sont principalement portés» par les partenaires privés, actionnaires majoritaires d’Ennova.

La coupe amère sera donc bue jusqu’à la lie. Non seulement le contrat Juel 3 peut être vu comme une plaie pour les SIG, mais l’accord qui devait y mettre fin, négocié par Pierre Maudet, a lui aussi échoué. Dans ce dernier protocole, les SIG vendaient à Ennova, pour 15 millions de francs, la part de capital de 20% qu’ils détiennent dans cette société et dans les divers projets qu’elle devait développer. Avec deux exceptions: les SIG reprenaient dans leur giron les parcs projetés à Saint-Brais (JU) et à Grandevent (VD), évalués chacun à 4 millions de francs.

Delémont s’insurge

Sur quel point cet accord n’a-t-il pas pu être tenu? Si les SIG se taisent, Ennova parle. Son porte-parole confirme les explications qu’il a données vendredi au Courrier. «Dans le protocole, les SIG laissaient à Ennova, à deux exceptions, tous les projets de parcs, y compris ceux que la régie avait elle-même lancés avant la création d’Ennova, détaille Claude-Olivier Rochat. Mais les SIG n’ont plus de connaisseur des dossiers éoliens et ils n’ont pas vérifié les clauses de contrats avec certaines communes, lesquels n’étaient pas transmissibles à des tiers. »

Tel a été le cas à Delémont, dont le projet éolien a été apporté dans la corbeille d’Ennova par les SIG. Maire de la capitale jurassienne, Pierre Kohler dit avoir appris par la presse la cession à Ennova du futur parc. «Nous avons protesté et sommes depuis en discussion avec les autorités genevoises, confirme-t-il. Nous avions choisi de signer avec les SIG car nous voulions que l’énergie produite ici soit exploitée par une société en mains 100% publiques. »

Quid de l’avenir? Dans leur communiqué, les SIG admettent qu’ils devront participer à la recherche de solutions permettant la poursuite des activités d’Ennova et «le développement des projets de parcs éoliens dans le Jura». Le conseil d’administration «précisera prochainement ses objectifs». Claude-Olivier Rochat évoque une possible rencontre à la mi-janvier et l’espoir que le nouveau ministre genevois de l’Energie, Antonio Hodgers, ait foi en l’énergie éolienne.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2022 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage