Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
  Bois d'Amont - VD/FR
  Franches Montagnes- JU
  Tramelan - JB
  Travers du vent - NE
  Paysage Libre - Suisse
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


25.02.2014 - Le Courrier

Ennova contre-attaque

SIG - Ennova - ARC JURASSIEN - La société spécialisée dans l’éolien réclame 176 millions de francs de dommages et intérêts aux Services industriels de Genève.

Ennova réclame 176 millions de francs à titre de dommages et intérêts aux Services industriels de Genève (SIG). La société spécialisée dans l’énergie éolienne a activé une procédure d’arbitrage. Elle a demandé à la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève d’organiser cette procédure de conciliation privée, beaucoup plus rapide que les procès devant les tribunaux d’Etat. Et ce en respect du contrat Juel III, qui lie toujours la régie publique, actionnaire minoritaire d’Ennova, et cette dernière.

Dans un communiqué faisant suite à une information du site tdg.ch, Ennova et ses actionnaires majoritaires justifient cette offensive par les «accusations infondées, qui ont gravement endommagé» la réputation de l’entreprise, ainsi que par le «non-respect des contrats signés et de la dramatique incapacité de décision des SIG».

Pour rappel, les SIG ont notamment versé 13 millions de francs pour acquérir le cinquième du capital-actions d’Ennova et avancé 33 millions à la société pour financer des études de faisabilité pour des projets jurassiens d’éolien. Mais jusque-là, ces investissements n’ont rien donné.

«Les SIG ont accusé Ennova d’avoir abusé de leur confiance, de leur avoir fait gaspiller 46 millions et de les avoir considérés comme une vache à lait, attaque Claudio Zanini, président d’Ennova. Imaginez l’impact de telles affirmations sans fondement sur les trois cents propriétaires fonciers et les dizaines de communes avec qui nous sommes liés par des contrats, ainsi que sur des investisseurs potentiellement prêts à nous refinancer!» Le réseau Swisspower, en particulier, aurait été empêché d’entrer dans le capital d’Ennova.

«Juel III fixe comme limite 2021 pour le démarrage des projets et les SIG nous accusent en 2013 de n’avoir rien construit? reprend M. Zanini. Il est établi que le développement d’un parc éolien prend en moyenne six-sept ans!» Avocat des actionnaires majoritaires, Nicolas Rouiller ajoute qu’il est «trompeur d’avoir fait mine de découvrir en septembre 2013 que les SIG devaient assurer le financement puisque c’était ce que prévoyaient les contrats.» Un à 1,5 milliard sur vingt ans pour sortir du nucléaire est un investissement visionnaire, insiste M. Rouiller.

Ennova, par ailleurs, accuse les SIG de ruptures de confidentialité et d’avoir violé une clause d’exclusivité: «Leur projet éolien de Buttes (Jura neuchâtelois) concurrence directement le nôtre, tout proche, de Boveresse. Une pénalité de 10 millions est prévue dans un tel cas, sans compter les dommages-intérêts.»

Enfin, alors que le divorce prévu pour janvier n’avait pu avoir lieu en raison de problèmes juridiques, l’avenir de ce couple qui se déchire est des plus flous. «Les SIG nous mènent en bateau», critique M. Zanini.

La demande d’arbitrage intervient au milieu de négociations en cours pour revoir ce partenariat durant lesquelles les parties s’étaient engagées à ne pas communiquer, a réagi hier la régie publique. Elle se contente donc de juger l’offensive d’Ennova «infondée», se réservant le droit de la contester.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2018 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage