Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
  Bois d'Amont - VD/FR
  Franches Montagnes- JU
  Tramelan - JB
  Travers du vent - NE
  Paysage Libre - Suisse
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


02.04.2014 - 24 heures

Les éoliennes freinent un projet d’EMS très attendu

SAINTE-CROIX - Le débat autour du parc éolien s’est rallumé lundi. En cause, une hélice qui surplombera la future extension de l’hôpital.

Il a suffi d’une étincelle pour que le débat sur le parc éolien se rallume, lundi soir au Conseil communal de Sainte-Croix. Cette fois, les opposants ne se sont pas levés directement contre les hélices, mais contre la modification du plan général d’affectation (PGA) du village. Le document prévoit de reclasser en zone d’utilité publique une parcelle actuellement inscrite en zone agricole. Située derrière le Centre de soins et de santé communautaire (CSSC), elle devrait, à terme, accueillir le futur EMS de 70 lits, tant attendu dans cette région où les retraités sont légion.

Le projet fait l’unanimité, rappelle le conseiller communal socialiste Michel Bühler. Mais ce terrain se trouve en contrebas de l’une des six éoliennes du parc. «En m’opposant au PGA et avec mon postulat, lundi, je proposais à la Municipalité de se retirer du parc éolien sur le principe de précaution, explique Alain Bonnevaux, conseiller communal (PLR). Un hôpital mérite du calme et de la sérénité. On ignore encore les nuisances que les éoliennes provoquent sur l’homme.»

Son postulat a été refusé par 26 voix, contre 18 et 2 abstentions. Pour le socialiste Jean-Claude Piguet, cette stratégie des opposants n’était pas la bonne: «Elle n’influencera de toute façon pas la décision du Tribunal administratif, qui se prononcera le 30 avril sur le recours déposé par les anti-éoliennes. Mais elle pourrait ralentir, voire menacer la construction de l’EMS.»

Un projet qui se trouve ainsi «désagréablement pris en otage» selon lui. Robert-Tito Haarpaintner, président du conseil d’administration de l’hôpital et partisan des éoliennes, n’en pense pas moins: «Sans permis de construire, on ne pourra pas demander l’aide financière du Canton en septembre. Et si on attend trop, il n’y aura plus assez de fonds pour notre projet, qui est bien avancé.» Pour lui, l’hélice installée au Mont-des-Cerfs ne serait que partiellement visible depuis l’établissement. «Mais on ne sait rien des effets des ultra- et infrasons», note Alain Bonnevaux, qui souligne être pour le projet d’EMS.

De 500 à 750 mètres

Aujourd’hui, opposants et partisans sont divisés sur la distance qui séparera le futur EMS de l’hélice, soit 500 m pour les uns, 750 m pour les autres. «Il serait réducteur de ne considérer que la distance entre une éolienne et un lieu donné», répond Karine Devalte. Et la porte-parole de Romande Energie de rappeler que d’autres critères – comme la topographie, l’orientation des habitations ou les zones de sensibilité au bruit dans lesquelles les habitations se trouvent – doivent aussi être rigoureusement pris en compte. «Autant d’éléments mesurés et intégrés dans le projet.»

Initialement, le parc comprenait une éolienne de plus, qui se serait dressée à 500 m du bâtiment hospitalier. «Nous avons demandé, et obtenu, son retrait. Maintenant, la plus proche est prévue à plus de 700 m», explique Thierry Monod. Même s’il souhaite rester neutre, le directeur du CSSC avance qu’à cette distance, il n’y a plus d’incidence au niveau du bruit et d’impact sur la santé, d’après les experts, les études internationales et les constats réalisés en conditions réelles.

Michel Bühler n’est, lui, pas de cet avis. «Il faudra choisir et prendre ses responsabilités. Qu’est-ce qui est le plus utile à notre population? Des éoliennes de plus en plus contestées ou un centre de soins adapté aux besoins d’aujourd’hui?» Par la voix de son président, Jean-Marc Blanc, la fédération Paysage-Libre Vaud lui emboîte le pas, arguant que «des risques totalement disproportionnés» seraient pris en l’absence d’étude sérieuse sur ces nuisances et leurs conséquences sur la population.
_______________________

UN NOUVEL ÉTABLISSEMENT DE 70 LITS

Des chambres à deux lits, sans sanitaires intégrés. Pour se soulager, il faut se rendre dans les salles de bains situées dans le couloir. C’est la situation actuellement vécue par une cinquantaine de personnes âgées à Sainte-Croix, dans l’EMS existant. Pour remédier à cela, un nouvel établissement est prévu sur une parcelle en amont du Centre de soins et de santé communautaire du balcon du Jura vaudois (CSSC).

Peaufiné depuis dix ans, ce bâtiment devrait ouvrir ses portes dans le courant de 2016, dans les meilleurs délais. Ce projet, baptisé Tree of life ( ndlr: Arbre de vie ) , prévoit 70 lits, de gériatrie mais également de psychiatrie, contre 52 aujourd’hui. Un nombre de places suffisant pour répondre à la demande et éviter que les seniors soient pris en charge en plaine, par manque de place.

C’est dans cette région du canton que la catégorie des «65 ans et plus» est le plus représentée. L’EMS comptera trois étages et comprendra trois ailes. Ce complexe sera relié à l’hôpital par un souterrain permettant des déplacements même lorsqu’il y aura de fortes chutes de neige. La toiture et les façades de ce bâtiment – estimé à environ 20 millions de francs – seront en aluminium.

«On a d’ores et déjà investi 2,4 millions de francs dans ce projet, explique Robert-Tito Haarpaintner, président du conseil d’administration de l’hôpital. Nous aimerions soumettre notre dossier, avec le permis de construire, en septembre au Conseil d’Etat, afin qu’il nous accorde sa garantie pour un emprunt de 20 millions de francs .»

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2018 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage