Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
  Bois d'Amont - VD/FR
  Franches Montagnes- JU
  Tramelan - JB
  Travers du vent - NE
  Paysage Libre - Suisse
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


17.04.2014 - Le Temps

Pourquoi les écologistes ne s’accordent pas sur les éoliennes

NEUCHATEL - Le 18 mai, les Neuchâtelois doivent choisir entre la protection des crêtes du Jura selon le décret de 1966 et la réalisation de cinq parcs éoliens. Les ONG n’ont pas toutes fait la même pesée d’intérêts.

Doris Leuthard et les partisans des énergies renouvelables auront les yeux tournés vers les crêtes du Jura le 18 mai. Les Neuchâtelois sont appelés à choisir entre un concept éolien qui prévoit d’implanter au maximum 59 machines dans cinq parcs délimités et une initiative intitulée «Avenir des crêtes, au peuple de décider», qui exige de fait que tout projet éolien soit soumis au référendum obligatoire, mais qui prône en réalité l’inviolabilité des quelque 35 kilomètres de crêtes du Jura, protégées par un décret datant de 1966.

Tous les partis politiques ont tranché en faveur du concept éolien. Pour son grand retour, mardi 22 avril, le conseiller d’Etat Yvan Perrin défendra un concept qui tente de ménager la chèvre et le chou, le paysage et la nécessité de produire de l’électricité renouvelable.

Le résultat du scrutin n’est pas acquis. Car le dilemme entre préservation du paysage et virage énergétique divise. A commencer par les associations de protections de l’environnement. Cinq d’entre elles ont lancé un appel en faveur de l’initiative, affirmant qu’il ne faut «pas sacrifier un précieux patrimoine naturel dans la précipitation du tournant énergétique». Ce sont Pro Natura, Bird Life, Helvetia Nostra, la Fondation suisse pour la protection du paysage et les Amis du Mont Racine.

A l’inverse, les sections neuchâteloises du WWF et de Greenpeace, tout comme les partis des Verts et des vert’libéraux, s’associent à la classe politique pour faire une exception dans la protection des crêtes et permettre l’installation d’un nombre déterminé d’éoliennes.

Confrontés à leurs divergences, les responsables des associations défendent leur point de vue. Ainsi, Béatrice Nys, présidente du WWF à Neuchâtel, estime que «l’initiative va trop loin et interdit pratiquement toute construction. L’avenir énergétique et la sortie du nucléaire et du charbon sont tout aussi importants que la défense du paysage. Et pour quatre des cinq sites retenus pour les parcs éoliens, nous ne voyons pas de problème paysager majeur.» Elle réfute avoir été influencée par le WWF suisse, favorable aux éoliennes. Elle suppute encore que «Pro Natura est certainement davantage centré sur la protection du paysage et s’intéresse moins aux questions énergétiques».

Partisan de l’initiative et adversaire du concept éolien, Michel von Wyss, ancien conseiller d’Etat (1989-1993), actuel président de Pro Natura Neuchâtel, se défend d’être un intégriste de la protection de l’environnement. «Nous ne sommes pas opposés à l’éolien, nous ne disons pas qu’aucune éolienne ne peut être construite sur les crêtes. Nous ne nous opposerions certainement pas à un ou deux parcs, mais il faut y aller étape par étape et ne pas donner un chèque en blanc à la construction d’une soixantaine de machines géantes.»

En ville de Neuchâtel, rue Louis-Favre 1, les secrétariats de Pro Natura et du WWF sont à la même adresse, sur le même pallier. Pourquoi ne se sont-ils pas entendus pour défendre une position commune ? «Nous sommes comme un vieux couple, ironise Michel von Wyss. Presque toujours d’accord, mais nous ne sommes pas des clones. Nous avons des personnalités, des sensibilités et des relations différentes avec nos organismes centraux.» Et de préciser que, la plupart du temps, «nous tirons à la même corde et nous resterons de bons partenaires».

Présidente des Verts neuchâtelois et du comité «Oui à la planification éolienne cantonale», Clarence Chollet observe avec distance les divergences des ONG environnementales. Elle préfère défendre «une position consensuelle et pragmatique», soit celle consistant à planifier cinq parcs éoliens.

Directeur romand d’ASPO/Birdlife qui se préoccupe en particulier des oiseaux, François Turrian rejette le concept éolien, notant qu’à l’inverse d’autres cantons, Neuchâtel a décidé lors d’un vote populaire en 1966, à 89%, de protéger ses crêtes contre les constructions et l’industrialisation. «On ne peut pas sans autre jeter ce décret aux orties.» Sa position hostile découle de la «déception ressentie après la consultation orchestrée par l’ancien conseiller d’Etat Nicati. Nos avis n’ont pas été intégrés. C’est un mauvais signal.» Et d’affirmer, comme le fait le WWF également, que le site de Montperreux, à la Vue-des-Alpes, «est catastrophique quand on s’intéresse un tant soit peu aux oiseaux. Le travail a été bâclé ». Il tient encore à hiérarchiser les priorités: d’abord la protection de la nature, puis les exigences énergétiques. Autre grief: l’absence de véritable coordination intercantonale, avec un risque de surcharger d’éoliennes, par exemple, la Montagne de Buttes, côtés neuchâtelois et vaudois. Et de lancer un pavé dans la mare: «Nous n’avons rien contre l’éolien, mais ailleurs. Sur le Plateau suisse, dans les zones industrielles. Le vent y souffle aussi.»

En prônant des positions divergentes, les associations environnementales ne craignent-elles pas la cacophonie? «On peut effectivement le déplorer», relève François Turrian. «Il se trouve que c’est comme ça, nous sommes en démocratie et les avis peuvent être divers, commente Michel von Wyss. J’entends aussi certains de nos membres qui préconisent une opposition bien plus radicale aux éoliennes.» Béatrice Nys admet que «cela pourrait désorienter ceux qui, comme moi, sont membres de plusieurs associations qui ont des avis différents. Chacun est invité à faire sa propre pesée d’intérêts. Et puis voilà.»

Revue de presse

Presse suisse
11.03.2017 - JURA VAUDOIS - Les éoliennes de Bel Coster, ici vues de la Dent de Vaulion sur ce photomon...
En savoir +
07.03.2017 - POLITIQUE ENERGETIQUE - Au sujet de la politique énergétique allemande et de la Suisse, l’...
En savoir +
03.03.2017 - VAUD - Plan caché ou incohérences de l’Etat de Vaud ? Paysage-Libre Vaud vient de publier ...
En savoir +
22.02.2017 - CORRUPTION - L'ancien cadre des Services industriels de Genève est finalement condamné pou...
En savoir +
16.02.2017 - FRIBOURG - Le tribunal cantonal a admis le recours d'organisations de protection de la nat...
En savoir +
26.01.2017 - VAUD - Des projets à Villars-le-Terroir et Vuarrens illustrent les difficultés en matière ...
En savoir +
21.01.2017 - VAUD - Le Tribunal cantonal refuse de considérer que le réseau peut ne délivrer que de l’é...
En savoir +
19.01.2017 - AVIFAUNE - Il est facile d’ironiser sur les quelques volatiles tués par les pales des éoli...
En savoir +
09.12.2016 - SUISSE - Le DDPS a examiné l’influence des éoliennes sur le fonctionnement de la base aéri...
En savoir +
09.12.2016 - SUISSE - Sans crier gare, le Département de la défense déboule avec une carte d’exclusion ...
En savoir +
 
 
  © 2017 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage