Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Projets d'éoliennes dans l'Arc jurassien > Canton de Neuchâtel > Revue de presse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Neuchâtel
  Revue de presse
  Concept NE 2009
  Concept NE 2010
  Chaumont - NE
  Communal La Sagne NE
  Grand Coeurie - NE
  Joux-du-Plâne - NE
  Mont de Boveresse - NE
  Monts de Buttes - NE
  Vue-des-Alpes - NE
  Pouillerel - NE
  Tête-de-Ran - NE
  Jura
  Jura bernois
  Vaud
  Fribourg
  Valais
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse


30.04.2014 - L'Impartial - L'Express

Fixer l'avenir des crêtes - Eoliennes

NEUCHATEL - VOTATION - Alors que les Bernois s'exprimeront sur la fermeture immédiate de la centrale nucléaire de Mühleberg, le 18 mai, les Neuchâtelois se prononceront sur l'avenir éolien de leur canton. A deux semaines et demie du vote, difficile de parier sur l'issue du scrutin. Il s'agira d'une pesée d'intérêts entre l'atteinte au paysage et la production d'énergie.

Le peuple a deux options: soit il accepte l'initiative "Avenir des crêtes: au peuple de décider!" et la population se rendra aux urnes pour valider chaque projet éolien; soit il choisit le contre-projet du Grand Conseil, qui permet de dire oui, en une fois, à cinq projets de parcs et 59 turbines au maximum.

Au départ, en 2010, le Concept éolien du gouvernement prévoyait 14 sites à étudier. Ce projet a déclenché le lancement d'une initiative populaire cantonale. Au final, cinq parcs ont été retenus dans le Plan directeur cantonal: le Crêt-Meuron (7 éoliennes), le Mont-Perreux (10), la Joux-du-Plâne (4 sur Neuchâtel, 7 sur Berne), la Montagne-de-Buttes (20) et le Mont-de-Boveresse (18). De ces 59 éoliennes, le Conseil d'Etat attend une production d'électricité globale de 200 GWh par an, soit deux fois la production du barrage du Châtelot.

Ce qui dérange les opposants au contre-projet, c'est que les cinq parcs s'inscrivent en quasi-totalité dans les espaces préservés par le décret de 1966 sur la protection des sites naturels, qualifié à l'époque de précurseur en Suisse.

Au niveau juridique, l'initiative inscrit un principe dans la Constitution neuchâteloise: toute construction comparable à une éolienne doit être soumise à référendum. De son côté, le contre-projet fixe dans la Constitution la limite de cinq sites éoliens. L'emplacement des sites et le nombre de turbines est défini dans une loi adoptée par le Grand Conseil l'an dernier. Celle-ci n'entrera en vigueur que si l'initiative est refusée le 18 mai ou, en cas de double oui, si le peuple donne sa préférence au contre-projet.

Y aura-t-il un jour 59 éoliennes dans le canton? " On peut en douter. En effet, même si la plupart des projets sont bien avancés, certains d'entre eux prévoient aujourd'hui moins d'éoliennes que le maximum autorisé par le contre-projet ", répond Patrick Jobin, juriste au Service de l'aménagement du territoire.

Tous les partis politiques soutiennent le contre-projet et rejettent l'initiative, à deux exceptions près. Le Nouveau parti libéral préfère l'initiative. Quant à l'Entente cantonale neuchâteloise, elle soutient les deux textes, avec une option sur le contre-projet. Mais l'unité de façade cache des positions divergentes.

Pro Natura, la Fondation pour la protection et l'aménagement du paysage, BirdLife Suisse, Helvetia Nostra et l'Association des amis du Mont-Racine soutiennent l'initiative. Greenpeace et le WWF soutiennent quant à eux le contre-projet, qu'ils jugent "raisonnable" .

La société NeuchEole a préféré rester en retrait durant la campagne, pour laisser le libre choix aux électeurs.

Pour l'initiative...

Les partisans de l'initiative souhaitent que chacun des projets éoliens donne lieu à un vote cantonal: "Ce sont nos crêtes: à nous de décider!" , indiquent-ils dans la brochure "Vot'Info". Au coeur de leurs préoccupations, l'impact sur le paysage des éoliennes industrielles et de leurs mâts de 150 à 200 mètres de haut. "Les crêtes jurassiennes constituent l'un des derniers territoires non urbanisés et non dégradés de Suisse. Elles font partie de notre bien collectif et méritent d'être sauvegardées", avertissaient 50 "sages" neuchâtelois la semaine dernière. Ils refusent de "brader" des sites naturels protégés depuis près de 50 ans par le décret de 1966. Les partisans de l'initiative s'inquiètent aussi pour les oiseaux et les chauves-souris, qui peuvent périr dans les pales, et pour le bruit subi par les voisins.

Face à des promoteurs jugés agressifs, les initiants parlent d'un déni de démocratie: les plans d'affectation cantonaux, élaborés pour chaque parc, ne sont pas soumis à référendum. Ils rejettent les accusations selon lesquelles l'initiative multipliera les scrutins: "C'est faux: le peuple vote quatre fois par an, il ne sera pas convoqué plus souvent" .

Aux yeux des pro-initiative, l'électricité produite par les éoliennes n'est pas suffisante pour justifier les désagréments créés. "Les éoliennes ne permettront pas de sortir du nucléaire." Ils s'inquiètent aussi pour leur démantèlement futur.

...ou pour le contre-projet

Les partisans du contre-projet veulent donner la parole au peuple "une fois pour toutes", en lui permettant de se prononcer sur l'implantation de cinq parcs éoliens définis dans la loi. Ils craignent que l'initiative tue les projets dans l'oeuf, en décourageant les investisseurs de s'engager pour des projets soumis individuellement à un vote populaire.

Admettant que l'énergie éolienne est irrégulière, elle pourrait selon eux couvrir 20% de la consommation d'électricité du canton, si 59 éoliennes voient le jour. Non négligeable, dit le Conseil d'Etat, dans la perspective d'une sortie du nucléaire. Les partisans du contre-projet veulent "valoriser nos ressources naturelles" . Ils refusent d'opposer deux richesses naturelles: la beauté des sites d'une part, une énergie naturelle "aux avantages bien supérieurs à ses inconvénients" d'autre part. S'agissant de l'impact sur le paysage, ils estiment que le canton doit apporter sa pierre à la production d'énergie et qu'il ne serait pas responsable de reporter le problème sur d'autres régions sous prétexte qu'on ne veut "pas de ça chez nous" . Quant à l'impact sur la faune, il pourrait être limité par une localisation judicieuse des hélices et en les arrêtant par moments.

Ils estiment enfin que les éoliennes seront faciles à démanteler si d'autres technologies voient le jour et notent que des garanties financières sont exigées au préalable à cet effet (c'est le cas par exemple dans le projet du Crêt-Meuron).

INITIATIVE
Plusieurs questions sont posées au peuple. La première: acceptez-vous l'initiative constitutionnelle populaire cantonale "Avenir des crêtes: au peuple de décider!"?

CONTRE-PROJET
La seconde question: acceptez-vous le contre-projet du Grand Conseil sous forme d'un décret portant modification de la Constitution de la République et canton de Neuchâtel?

QUESTION SUBSIDIAIRE
Pour trancher si l'initiative et le contre-projet sont acceptés, en obtenant chacun plus de 50% des suffrages, une question subsidiaire est posée au peuple: est-ce l'initiative ou le contre-projet qui doit entrer en vigueur?

DOUBLE NON?
Si le peuple refuse l'initiative et le contre-projet, la loi modifiant le décret de 1966 - adoptée par le Grand Conseil en même temps que la modification de la Constitution - peut entrer en vigueur. Mais politiquement, ça serait compliqué. Il faudrait dépouiller les bulletins région par région, pour identifier l'acceptation locale des parcs, avant de continuer leur planification.

______________

Production et consommation

Consommation

Le Conseil d'Etat estime la consommation annuelle d'électricité à 1'700 kWh par habitant. Selon Patrick Favre-Perrod, professeur à l'Ecole d'ingénieurs et d'architectes de Fribourg, compter 2'000 à 3'000 kWh est plus "confortable" et cela englobe le chauffage.

Production

Selon les autorités, 59 éoliennes produiraient 200 millions de kWh par an, soit 3,4 millions de kWh par mât. Patrick Favre-Perrod imagine plutôt 2,8 millions de kWh par machine (soit 165 millions de kWh). "Dans le Jura, on peut imaginer que les éoliennes tourneront rarement à leur puissance maximale. Les sources de données ne sont pas d'accord entre elles."

Coût

Par rapport à sa puissance, l'éolien sous nos latitudes coûte cher, note Patrick Favre-Perrod. Entre 15 et 20 centimes par kWh. Le nucléaire revient à 2 voire 3 centimes du kWh. "Il faut tenir compte des coûts de démantèlement des centrales nucléaires. Mais même si on multiplie ce prix par 3 ou 4, cela reste moins cher. Cela dit, je suis opposé à tuer l'éolien juste parce que c'est plus cher." La rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) crée une distorsion du marché.

_____________________________

PATRICK FAVRE-PERROD PROFESSEUR À L’ÉCOLE D’INGÉNIEURS ET D’ARCHITECTES DE FRIBOURG (HES-SO), APRÈS UNE EXPÉRIENCE DANS L’INDUSTRIE

La Confédération table sur 5% de sa production en électricité fournie par l’éolien à l’horizon 2050. Cette énergie restera-t-elle anecdotique?

L’électricité produite par les éoliennes restera minime en Suisse. L’Office fédéral de l’énergie prévoit d’ailleurs divers scénarios et certains sont encore plus pessimistes. Le vent est une ressource très locale et l’énergie ainsi produite est soumise à de grandes variations. Une différence de vitesse de 10% entraîne une différence de 30% de la production. Il y a aussi le problème des bourrasques et des tempêtes, encore plus dures à prévoir et durant lesquelles la production peut être nulle. Au fond, pour l’éolien, la Suisse a deux problèmes: il y a d’une part beaucoup d’espaces bâtis et le pays se situe loin des côtes, où le vent est souvent maximal.

Mais Neuchâtel compte sur 20% de sa consommation électrique couverte par l’éolien. Est-ce réaliste?

Couvrir un cinquième de la consommation neuchâteloise avec des éoliennes est un scénario optimiste. On ne peut prévoir à quel moment arrive le vent. La grande question, c’est: que se passe-t-il s’il n’y a pas assez de vent? De qui devient-on dépendant? Une difficulté de l’éolien est qu’on ne peut pas stocker l’électricité. Mais de petites entreprises, comme Leclanché, commencent à mettre sur le marché des batteries de stockage. Et ça crée de l’emploi.

Le paysage n’a pas de limites, est-ce pertinent de planifier l’éolien à l’échelle cantonale?

Politiquement, il y a une bonne raison d’avoir un débat local: la consommation se fait au niveau local. Mais sur le plan technique, il faut coordonner le développement pour garantir l’approvisionnement. Mutualiser pour couvrir les manques. En cela, une planification coordonnée paraît intelligente, entre les cantons, mais aussi entre la Suisse et les pays voisins.

Dans quelle mesure la Suisse peut-elle diminuer sa consommation?

Pour l’heure, le pays continue d’augmenter sa consommation. La réduire reste un vrai challenge. Et même si on y arrive, c’est contrebalancé par le fait que la population augmente. Le programme ProKilowatt de la Confédération semble réaliste: on peut en attendre un potentiel d’économie d’énergie de 10%, en particulier en matière d’éclairage, de chauffage, de ventilation, de pompes et d’appareils ménagers.

Sur quelles énergies durables la Suisse doit-elle miser?

Il faut poursuivre l’approche du mix énergétique. Un technicien a peu d’intérêt à entrer dans un débat pour ou contre l’éolien. Une partie de la solution réside dans le photovoltaïque. A cela s’ajoute le pompage- turbinage, l’hydraulique. La biomasse offre aussi de bonnes opportunités.

 
Document PDF ARC_20140430 Mercredi - LImpartial - Région - pag 3.pdf 231.08Ko

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2022 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage