Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


12.05.2014 - Tribune de Genève

Les SIG renégocient leur partenariat éolien valaisan

SIG - SWISSWINDS - La régie veut pouvoir imposer plus de réalisme dans ses développements alpins avec la société Swisswinds.

C’est une prouesse technologique qui tourne au bouillon financier. En septembre 2011, l’ex-directeur des Services Industriels de Genève (SIG) André Hurter posait aux côtés de la conseillère fédérale Doris Leuthard pour inaugurer la plus haute éolienne d’Europe, perchée à Gries, près du Nufenen, le col qui relie le Haut-Valais au Tessin.

Deux ans plus tard, André Hurter démissionnait sur fond de polémique relative aux risques pris dans le dossier éolien. Le partenariat avec Ennova, une société vouée à des projets de parcs dans l’arc jurassien, défrayait la chronique, occultant une autre débâcle dans les Alpes.

Recul de 16   millions

La débâcle est aujourd’hui actée. A Gries, les SIG se sont associés avec d’autres sociétés analogues (dont les Forces motrices valaisannes) à un privé. La régie genevoise a injecté 19   millions de francs dans cette société nommée Swisswinds, dont elle détient 28% des parts et qui ambitionne de développer l’éolien en haute altitude. Mais, dans les états financiers des SIG, les 19 millions viennent d’être rabotés: la valeur de la participation genevoise est ainsi réduite à 3 millions seulement. Ce recul de 16 millions est infime au sein des 188 millions de dévaluations comptables que les SIG viennent d’infliger à leurs actifs dans leurs comptes 2013. Mais, en proportion, la chute est spectaculaire: –84%. Concernant cette participation toujours, la comptabilité s’est montrée encore plus sévère au niveau dugoodwill (une notion qui mesure la valeur immatérielle d’une société; par exemple, sa réputation, sa notoriété): il a été ramené à zéro!

Une éolienne à problèmes

Que s’est-il passé sur les crêtes du Nufenen? «L’éolienne a connu des problèmes de météo, de givre et d’entretien, si bien que sa production l’an dernier a atteint 2 gigawattheures, ce qui est un peu en dessous des attentes, indique Christian Brunier, président des SIG. Si nous nous étions montrés plus modestes au départ, nous aurions atteint nos buts. Arrêtons de crier victoire sur des dossiers aussi complexes. L’ambition initiale avec Swisswinds était de créer des parcs dont la puissance totale aurait atteint 350 mégawatts. Mais les objectifs ont été revus à la baisse: on parle d’une fourchette entre 40 et 100, et je pencherais plutôt pour le bas de cet écart. »

L’érection d’éoliennes en haute altitude présente des avantages politiques: les risques d’oppositions sont moindres qu’à proximité des zones habitées. Mais l’ivresse des cimes a ses défauts en termes climatiques, comme l’a montré l’exemple de Gries: «On compte aussi réduire le nombre d’éoliennes sur les sites d’implantation prévus car leur multiplication crée des interférences qui réduisent leur production d’électricité», poursuit Christian Brunier.

«La situation est tendue»

Une source interne aux SIG fait état d’une véritable rupture avec le patron de Swisswinds: «Il est vrai que la situation est tendue, admet Christian Brunier. Avec les autres industriels impliqués, nous renégocions les conditions du partenariat avec Swisswinds. Le but des entreprises électriques est d’avoir leur mot à dire, et de prioriser et de redimensionner à la baisse les projets de parcs. Nos investissements ne sont pas à la hauteur de notre pouvoir de décision. Les pourparlers ne font que commencer et aucune piste n’est fermée: cela peut aller d’un rachat à un retrait. » Selon les SIG, trois sites du portefeuille de Swisswinds sont «en bon état d’avancement en Valais», tandis que deux autres projets sont «en cours de réflexion».

Un autre front éolien est donc ouvert aux SIG alors que des négociations, avancées, se poursuivaient encore jeudi passé avec Ennova. Un rachat complet de cette filiale jurassienne par les SIG pourrait être soumis au Conseil d’Etat mercredi prochain ou la semaine suivante.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2020 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage