Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
  Bois d'Amont - VD/FR
  Franches Montagnes- JU
  Tramelan - JB
  Travers du vent - NE
  Paysage Libre - Suisse
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


31.12.2015 - ArcInfo

Les éoliennes, hachoirs à oiseaux?

BIODIVERSITÉ - Avis contradictoires au sujet de l’impact de l’éolien sur la faune.

En ouvrant le «Courrier du Val-de-Travers» du 17 décembre, les habitants du lieu ont pu découvrir, en couleur, l’image d’une cigogne mutilée. «Le bec coupé par une pale d’éolienne», l’oiseau sanguinolent a été, dit la légende, «ramassé dans un parc éolien en Allemagne». L’annonce indique que «les éoliennes industrielles tuent de nombreux oiseaux et chauve-souris sans aucun dispositif efficace pour l’empêcher».

Fabienne Chapuis-Hini, la présidente de l’association Les Travers du vent à l’origine du référendum contre la suppression des zones protégées du plan local d’aménagement du village de Buttes, assume le message choc. Autant qu’elle en souffre: «La nuit après avoir découvert cette image j’ai eu du mal à dormir», souffle-t-elle.

Un massacre programmé?

Alors, faudra-t-il, pour profiter de l’énergie du vent, accepter que la Montagne de Buttes se transforme en cimetière à oiseaux?

Ce n’est pas l’avis de François Turrian, directeur romand de l’Association suisse pour la protection des oiseaux Aspo/BirdLife Suisse (Aspo), qui avoue consacrer un quart de son temps au dossier éolien.

Tout en se disant convaincu que l’«énergie éolienne n’a pas grand avenir en Suisse» étant donné la faiblesse et l’irrégularité des vents, il estime que «l’implantation de quelques éoliennes se justifie». Car il faut aussi «régler la question du climat».

Dès lors l’Aspo s’est résolue à «combattre les parcs les plus dommageables» pour la faune ailée. En insistant sur un point: «La mortalité par impact direct est une chose, mais ce n’est pas le plus important. Avec une éolienne de 200 mètres de hauteur, c’est tout un territoire qui devient inhabitable pour les oiseaux.» Ainsi, autour d’une éolienne, 300 à 500 mètres deviennent infréquentables pour les petits oiseaux, 1,5 kilomètre pour les grands rapaces.

C’est en raison de ce type de considérations que l’Aspo s’était opposée au plan éolien cantonal. «A l’époque, et contre le préavis de ses propres services, le canton n’avait pas tenu compte de nos revendications justifiées contre l’implantation d’un parc éolien dans le secteur de La Vue-de-Alpes - Gurnigel», rappelle-t-il. Ce secteur constitue «un habitat très précieux pour de nombreuses espèces menacées». Ce parc «reste dans le viseur» de l’Aspo, prête à défendre son point de vue devant les tribunaux, assure-t-il.

Collaboration

Cela n’empêche pas l’Aspo de collaborer étroitement avec le canton et les promoteurs du parc éolien de la Montagne de Buttes. «Nous avons été associés au projet dans le but de l’améliorer.» Et la démarche est couronnée de succès. «Nous avons pu très rapidement faire écarter du plan d’origine une éolienne problématique.» De plus, «l’étude d’impact a permis d’amener de véritables mesures de compensation écologiques qui favoriseront la biodiversité». Tous les propriétaires fonciers se sont engagés à respecter des mesures qui favoriseront la reproduction de l’alouette lulu, qui trouve ici son unique habitat au nord-ouest de la Suisse. Bref, pour le biologiste, le parc éolien de la Montagne de Buttes «peut être implanté sans trop de dommages.»

Le biologiste compte aussi – pas trop – sur les dispositifs qui seront implantés lors de la phase d’exploitation. Des techniques différentes sont testées. Il s’agit d’arrêter les éoliennes lorsque des oiseaux arrivent à proximité ou de les en éloigner grâce à des sons diffusés par haut-parleur.

Fabienne Chapuis-Hini ne croit pas du tout à l’efficacité de tels dispositifs: non seulement «ça ne marche pas», mais surtout les producteurs n’accepteront pas la perte de productivité qu’ils induisent. Elle s’interroge aussi sur la valeur de tests «dans les Grisons, sur une seule machine située en altitude, au lieu de se faire dans un parc éolien, par exemple au Mont-Crosin.»

François Turrian comprend la méfiance affichée par la présidente des Travers de vent. «Mais affirmer que ces dispositifs ne marchent pas du tout est tout aussi excessif que de prétendre que c’est la panacée.» Le doute économique est également justifié. Ainsi, pour protéger les chauves-souris, il faudrait arrêter les pales chaque fois qu’il fait chaud par petit vent. Une perte de production incompatible avec l’objectif de rentabilité des promoteurs. C’est pourquoi, plutôt que de mettre ses espoirs dans des solutions techniques censées corriger les défauts des éoliennes, François Turrian préconise une «planification judicieuse». En clair: pas d’éolienne là où elles entrent en conflit de manière massive avec la biodiversité.

C’est à quoi servent les études d’impact et le travail effectué par la Station ornithologique de Sempach sur mandat de l’Office fédéral de l’environnement (voir l’illustration). On y voit que la chaîne jurassienne est cataloguée principalement en zones de risques élevés ou très élevés. Une référence pour négocier des aménagements ou obtenir l’abandon de certains sites.

Où est la vérité?

Sur la Toile, la bataille fait rage. Protecteurs de la nature – par définition écolos – et tenants du développement des énergies vertes – tout aussi écolos – s’envoient mutuellement à la tête des noms d’oiseaux.
Des études montrent la réalité du phénomène. Ainsi, selon l’une d’elle datant de 2012, un demi-million de volatiles meurent chaque année sur le sol américain tué par les aérogénérateurs ou par les impacts indirects.
Ce chiffre serait toutefois largement sous-estimé, selon les opposants à l’industrie éolienne, qui articulent le chiffre de quatorze millions d’oiseaux tués par an aux Etats-Unis (un par jour par chacune des 52 000 éoliennes en service). Les pro-éolien, eux, accusent leurs adversaires de désinformation et notent que les oiseaux meurent dans des proportions plus importantes pour d’autres raisons: chasse, pesticides, destruction des habitats.

INFO +

Quelques sites internet:
Station ornithologique suisse, http://www.vogelwarte.ch;
Promotion de l’éolien: suisse-eole.ch;
Anti-éoliens: windwahn.de (en allemand) et
Plateforme européenne contre l’éolien industriel (epaw.org)

LE CONTEXTE

Parmi les arguments des opposants au développement de l’éolien, celui des oiseaux tués par les pales, est l’un des plus susceptibles de convaincre des citoyens sensibles à la nécessaire protection de la biodiversité. Dans le cadre de la campagne référendaire, les opposants au parc éolien de la Montagne de Buttes publient une annonce choc dans le «Courrier du Val-de-Travers». Quel crédit accorder à cette alerte?

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2017 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage