Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
  Bois d'Amont - VD/FR
  Franches Montagnes- JU
  Tramelan - JB
  Travers du vent - NE
  Paysage Libre - Suisse
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


18.04.2016 - 24 heures

Les vieilles pierres, ce nouvel écueil des éoliennes vaudoises

JURA VAUDOIS - Les opposants au projet éolien de Sur Grati avancent un argument original: comment construire un parc près d'un site classé?
 
Après les chauves-souris, les grands tétras, les infrasons, les paysages et les marais d’importance nationale, les radars militaires ou civils, voici un nouvel écueil de taille pour les éoliennes vaudoises: le patrimoine bâti. Les opposants au projet éolien de Sur Grati – six éoliennes de 149 m de haut (au moyeu), réparties sur la crête qui domine Vaulion, Vallorbe et Premier – ont déposé lundi passé un recours sur la levée de leurs oppositions par les Conseils.

Leur but? Parvenir à charger suffisamment la balance et influencer la pesée des intérêts du projet, sur laquelle les juges du Tribunal cantonal devront se prononcer. Leur argument? Ces éoliennes retenues par la planification cantonale donnent visuellement sur des sites protégés par l’ISOS, soit l’Inventaire fédéral des sites construits d’importance nationale à protéger en Suisse. A savoir le pittoresque village rural de Vaulion et le bourg médiéval de Romainmôtier. Ils sont inscrits en classe A.

«Ces sites ont été retenus pour la qualité de leur topographie, pour la relation entre le patrimoine bâti et leur espace», défend Pierre Chiffelle. L’ancien conseiller d’Etat est l’avocat d’Helvetia Nostra, de Paysage-Libre Vaud et de la Fondation suisse pour la protection du paysage. Il poursuit: «Ces éoliennes altèrent la vue et le panorama d’un tout grand fleuron de l’art médiéval en Suisse. Il va falloir nous démontrer qu’il y a un intérêt public prépondérant.»

A examiner de plus près les considérations fédérales, l’avocat pourrait bien avoir mis le doigt sur un argument sensible. «Les périmètres ISOS doivent en principe être considérés comme des zones d’exclusion, dans la mesure où les sites d’importance nationale méritent spécialement d’être conservés intacts, explique – pour le cadre général – Marcia Haldemann, responsable de l’ISOS à l’Office fédéral de la culture. Cela vaut également pour leur environnement. Les installations éoliennes peuvent mettre en danger les qualités topographiques d’un site en modifiant si fortement son aspect extérieur que son intégrité structurelle et visuelle s’en trouve gravement endommagée. Mais il faut toujours considérer les sites individuellement.»

Riche patrimoine concerné
Ces sites, dont les Cantons doivent tenir compte, sont plus de 1270 en Suisse. Et si les promoteurs ne se disent pas inquiets, nos vieilles églises et bucoliques bourgs ruraux n’en constituent pas moins un souffle avec lequel les éoliennes vont devoir composer leur défense. Sur le canton, les exemples ne manquent pas: Romainmôtier donne sur le site de Sur Grati, Vaulion sur les 12 éoliennes du Mollendruz, Essertines-sur-Yverdon est en contrebas du projet de Tous-Vents… S’y ajoutent les voies historiques (IVS), voire les bâtiments classés individuellement. Ainsi l’éolienne des Saugealles, du projet EolJorat Sud, domine l’abbaye cistercienne de Montheron, qui est recensée comme un monument d’importance nationale. Bref, au moins quatre projets majeurs seront inévitablement confrontés à leur impact sur le patrimoine bâti durant leurs procédures à venir.

Avant eux, le parc éolien de Sainte-Croix en avait déjà fait les frais en mars 2015. Les opposants avaient pointé du doigt l’impact visuel des hélices sur plusieurs sites classés, dont les bourgs de Sainte-Croix et de L’Auberson. Et c’est justement sur la réponse du Tribunal cantonal, qui fait depuis jurisprudence, que s’appuie Pierre Chiffelle. Si les opposants de Sainte-Croix ont été déboutés sur ce point – notamment en raison de l’impact tout relatif des éoliennes sur le paysage industriel local –, les juges avaient ouvert une porte et conclu que la modification d’une perspective depuis un site classé devait effectivement être prise en compte dans la balance. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.

Les juges risquent-ils d’entrer en matière et de remettre en question plusieurs éoliennes? Difficile à dire. «D’un point de vue lausannois, nous avons jugé que la compatibilité paysagère était possible, défend Jean-Yves Pidoux, municipal (Les Verts) des Energies. Le plan d’EolJorat Sud et la pesée des intérêts ont été validés par le Conseil d’Etat. Nous sommes sensibles à la question, et on a essayé de déplacer l’éolienne visible depuis Montheron, mais il se trouve que c’est une de celles qui produisent le plus d’électricité.» Il poursuit. «La dimension paysagère est importante. Mais n’oublions pas qu’à Montheron il y a aussi un parking sur lequel on gare sa voiture.»

Directives
Du côté du Canton, l’impact des éoliennes sur le paysage bâti a déjà été pris en compte, assure la Direction générale de l’environnement. Les sites sélectionnés pour atteindre les 25% d’énergie renouvelable sur le territoire vaudois ont d’abord passé un premier examen, avant d’être transmis lors de leur mise à l’enquête aux Monuments et Sites. Et, pour ce faire, les spécialistes procèdent de deux manières. A savoir commencer par «évaluer cette valeur de signe, d’unicité dans un environnement étendu», et surtout par juger la confrontation hiérarchique entre les objets.

Pour faire simple, les éoliennes doivent être moins perceptibles que le vénérable monument ou le sympathique village. Ajoutons qu’une kyrielle de critères sont en outre à prendre en considération: distances, perspectives sur le site dont la protection dépend de sous-découpages (ensemble construit, périmètre environnant, échappées…).

Dans le canton de Neuchâtel, des distances minimales à respecter avec les éoliennes ont été ajoutées. L’objectif étant de laisser une marge de manœuvre.

Sur le terrain, l’équation est évidemment tout autre. «Il est évident que ces éoliennes entraînent des tensions dans le Nozon», lâche le syndic de Romainmôtier, Fabrice de Icco. Il est membre des Verts, et précise être favorable à l’éolien. «Plus que le périmètre, c’est la question de la confrontation entre les éoliennes et un cadre historique préservé qu’il faut se poser. Et également celle de ce que vaut l’ISOS. S’il n’est pas accompagné de mesures et de moyens de préservation, c’est une coquille vide.»

Pour lui, les inventaires de préservation du patrimoine doivent désormais passer par une valorisation touristique. Sans quoi les communes concernées se tourneront inévitablement vers des projets d’économies alternatives. Pour rappel, Sur Grati est notamment porté par les villages de Vaulion et de Premier pour des avantages directs. Entre les mesures de compensation, les exonérations et les services promis par le promoteur éolien régional, les finances de ces petites communes doivent gagner l’équivalent de «centaines de milliers de francs». Les amoureux des vieilles pierres n’ont qu’à bien se tenir.

Revue de presse

Presse suisse
07.05.2017 - SE 2050 - Des documents internes montrent comment l’Office fédéral de l’énergie tente d’in...
En savoir +
06.05.2017 - SE 2050 - Philippe Roch - Je me lève pour défendre la nature, qui est malmenée dans cette ...
En savoir +
27.04.2017 - JURA VAUDOIS - Les promoteurs ALPIQ et les trois communes qu’ils entraînent dans leur sill...
En savoir +
26.04.2017 - VOTATION SE 2050 - Faut-il soutenir la stratégie énergétique 2050? THIERRY RAY CONSE...
En savoir +
26.04.2017 - JURA VAUDOIS - Ce projet de neuf mâts achève sa mise à l’enquête. En France, d’où il sera ...
En savoir +
 
 
  © 2017 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage