Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
  Bois d'Amont - VD/FR
  Franches Montagnes- JU
  Tramelan - JB
  Travers du vent - NE
  Paysage Libre - Suisse
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


18.10.2016 - Le Matin

La colère souffle sur les hélices

JURA - Le combat contre l’éolien met le feu aux Franches-Montagnes, terre jurassienne de contestation.

Trois jours après le sabotage d’un parc éolien à Saint-Brais, tout semble calme aux abords des deux éoliennes de 120 mètres qui surplombent depuis 6 ans ce village, situé à 967 m d’altitude. Les lettres «FLS» grattées sur un caisson et un pylône par un activiste semblent faire écho au FLJ du Front de Libération du Jura d’avant la création du canton, mais personne ne sait s’il faut lire Front de Libération de Saint-Brais. Au pied de l’éolienne 1, la station électrique carbonisée est sanglée pour retenir la porte fracturée. L’incendiaire a aussi grimpé les quinze marches menant à la porte d’accès du pylône, pour arracher six lames métalliques sur la porte, sans parvenir à entretenir les flammes à l’intérieur.

Qui a accédé à cette prairie entre Saint-Brais et Montfaucon, vendredi soir, en passant vraisemblablement par un chemin d’accès compartimenté par trois clédars? C’est vers 20 h 30 que l’incendie de la production électrique a été signalé à la police jurassienne.

«La bise a soufflé durant un mois. C’est le vent qui a créé le plus de nuisances sonores», indique Jean-Daniel Tschan, président de l’association Librevent et fer de lance des opposants, en suggérant que «quelqu’un a peut-être pété les plombs». Depuis, les pales tournent lentement et inutilement. Face au chemin d’accès, en bordure de la route cantonale, deux habitants qui résident à moins de 300 m du parc éolien ont des avis diamétralement opposés: «Ce sabotage est une atteinte à la démocratie», dit la paysanne. «La démocratie n’a jamais existé», rétorque Claude Bourquard, luthier. «Quand le brouillard propage le bruit des pales, ça fait un boucan d’enfer. Et, entre les pales, il n’y a pas de silence comme entre deux voitures», explique ce dernier. Hier, il n’avait pas connaissance du sabotage: c’est «Le Matin» qui l’a informé… La paysanne, elle, tient à son anonymat, par crainte d’embrouilles: «Ces éoliennes, je ne les remarque plus. Quand la bise les fait tourner plus vite, c’est que le temps ne permet pas de se tenir dehors.» Vendredi soir, comme les 220 villageois, elle a subi une coupure de courant d’une heure sans guère s’en formaliser.

Désaccord profond

Sur les réseaux sociaux, c’est l’artiste Philippe Queloz qui est montré du doigt, auteur d’une œuvre où les mots «désinformation», «colonisation», «industrialisation» et «spéculation» forment le mât et les trois pâles d’une éolienne. Sa maison affiche «Non aux éoliennes». «Quand j’ai appris le sabotage, je me suis dit qu’il servait la cause des partisans, pas celle des opposants», se défend le Jurassien. Le maire Fredy Froidevaux a dit son indignation au Quotidien Jurassien en évoquant les opposants: «Ces gens font eux-mêmes plus de bruit que les deux machines qui sont sur la colline!» Le conseiller national Eric Nussbaum a condamné le sabotage, ce à quoi Jean-Daniel Tschan rétorque qu’«il ferait mieux de produire l’électricité dans son canton et de ne pas créer de nuisances aux Jurassiens».

Ce n’est pas «Non», mais «Nein» qui a été tracé par l’incendiaire sur une plaquette, comme pour répondre dans la langue de la société ADEV Windkraft. «N’y voyez pas l’esprit des Franches-Montagnes. On ne veut pas passer une fois de plus pour des Indiens», implore une agricultrice, en précisant que le bénéfice généré par le parc éolien va à la commune, pas à un particulier.

Le fossé entre les partisans et les opposants du courant éolien se creuse dans tout l’arc jurassien, mais son symbole reste Saint-Brais en raison de la proximité du parc et du village. «C’est moins l’éolienne qui est combattue que le profit réalisé par l’homme», précise Claude Bourquard. Vous avez dit têtu? «Disons que dans ce petit coin de pays, nous sommes aussi bien éduqués qu’ailleurs, mais nous nous laissons moins manipuler», conclut-il en souriant.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2017 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage