Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - Suisse
  Paysage Libre BEJUNE
  Travers du vent - NE
  Tramelan - JB
  Franches Montagnes- JU
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


10.11.2016 - L'Impartial

Librevent condamne, mais comprend

JURA - FRANCHES-MONTAGNES - L’association remonte au front avant d’attaquer une année 2017 cruciale au niveau de l’éolien dans le Jura. Elle a pris position à la suite de l’incendie de Saint-Brais.

Pas question pour Librevent de perdre le nord, quand bien même l’association qui milite pour la sauvegarde des paysages des Franches-Montagnes et régions limitrophes a confondu les restos hier au moment de donner une conférence de presse à la veille d’attaquer une année 2017 qui s’annonce mouvementée au niveau de l’éolien dans le canton du Jura. Heureusement, on était à Muriaux et il n’y a que deux bistrots... Les médias et les membres du comité ont fini par se rencontrer. Ouf!

Librevent ratisse large. Ses membres ont plus que doublé depuis sa création, en février 2011. «On dispose d’un listing d’environ 700 noms. Principalement des habitants du district, mais aussi de l’extérieur du canton», commente le président Jean-Daniel Tschan.

La phrase qui tue

Une prise de position était attendue à la suite de l’incendie survenu au parc éolien de Saint-Brais, le 14 octobre dernier. Cette première expérience jurassienne qui remonte à 2010 ne fait de loin pas l’unanimité. Pro- et anti-éoliens le reconnaissent.

Librevent note «qu’il ne faut pas s’étonner que des personnes s’en prennent à ces machines et y boutent le feu». Elle évoque les quatre semaines qui ont provoqué l’acte volontaire. Une forte bise a soufflé, amplifiant les nuisances sonores. «Il est donc possible qu’une ou plusieurs personnes, au vu de la situation incommodante, en soient passées aux actes.» Pas d’approbation, mais plutôt de la compréhension, donc.

Puis, la phrase choc. Celle qui tue: «Les membres du comité de Librevent ne peuvent raisonnablement approuver un tel geste même si l’expression de la colère du peuple dans son caractère plus romantique, voire pyrotechnique, est ancrée en tout Franc-Montagnard attaché à ses paysages!» Du lourd!

A Muriaux, le comité a répété qu’aucun de ses membres, du moins à sa connaissance, n’a été entendu par la justice dans le cadre de cette «tentative d’incendie» pour reprendre son expression. «Si les autorités cantonales continuent de nous narguer en voulant implanter de nouvelles éoliennes, je pense que de tels actes pourraient se répéter», a mis en garde Jean-Marc Baume. Le Noirmonier est remonté. Il ne dort certainement pas plus mal depuis ce fameux vendredi 14 octobre...

Fiasco complet

Surtout, que les troupes demeurent éveillées. Car les prochains mois promettent de belles empoignades. Pur hasard bien sûr si Librevent tiendra ses assises annuelles demain aux Genevez, commune qui se mobilise contre l’implantation d’un parc éolien sur la Montagne de Tramelan. «Plein de recours sont pendants. Ce dossier se terminera certainement au Tribunal fédéral

En début d’année, le Parlement jurassien prendra position sur la loi sur l’énergie dans l’optique de la stratégie énergétique 2035. «On ne veut plus de nouvelles éoliennes. C’est clair. En Ajoie et dans la Vallée, la résistance s’organise également.» Les procédures en cours manquent de transparence, aux yeux de l’association. L’avis de la population n’est pas respecté.

L’idée de base du canton est d’implanter un parc éolien par district. Aux Franches-Montagnes, il s’agirait d’agrandir celui du Peuchapatte, qui pourrait passer de trois turbines actuellement à une dizaine. «En la matière, la politique cantonale se révèle être un fiasco complet», s’insurge Jean-Daniel Tschan.

Ce dernier, député, est membre du PCSI. Tout comme le ministre de l’Environnement, David Eray. Et tous deux sont domiciliés dans les Franches-Montagnes. «Entre mon ami David et moi, le dossier éolien est tabou», lance, goguenard, l’habitant du Peu-Péquignot. Distances envers les habitations pas respectées, coût monstrueux en cas de démantèlement – «Qui paiera en définitive?» –, nuisances sanitaires: Librevent ressasse ses arguments massue.

La tension (re)monte.

__________________________

Quatre questions à David Eray Ministre jurassien de l'environnement

«Oui, j’ai approuvé le moratoire»

Où en est-on exactement avec la fiche 5.06 du plan sectoriel éolien?

Elle a été mise en consultation auprès des communes, des partis. Des privés ont aussi eu l’occasion de donner leur avis. Au départ, cette fiche comportait trois sites prioritaires, un par district, et deux secondaires. Une analyse a ensuite été effectuée.  Des investigations complémentaires sont en cours. La décision finale appartiendra au Parlement lorsqu’il traitera de la loi sur l’énergie. Certainement au début de l’année prochaine.

Philippe Receveur, votre prédécesseur à la tête du Département  de l’environnement, a toujours affirmé que rien ne se fera contre la volonté populaire...

Je ne peux pas tellement m’exprimer sur des projets en cours. A voir maintenant sous quelle forme la volonté populaire influencera lesdits projets.

En mai 2012, vous faisiez partie des quelque 240 personnes réunies en assemblée au Noirmont  qui ont voté massivement pour un  moratoire de dix ans lié à toute nouvelle construction d’éoliennes  industrielles sur le territoire communal...

Le  vote,  public,  s’est  déroulé à la façon Landsgemeinde, à main levée. Il n’y  a donc pas de secret: oui, j’ai approuvé le moratoire.

Vous étiez membre de Librevent à ses débuts, plus depuis que vous êtes ministre. La raison?

Une neutralité est nécessaire dans ma nouvelle fonction. Aujourd’hui, je fais partie d’un collège gouvernemental avant d’être un simple citoyen.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2022 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage