Jura Crêtes
Accueil OK     Plan de site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici : Revue de presse > Revue de presse suisse
 
  VIDEOS des projets éoliens dans l'Arc jurassien
 
  CARTE DES PROJETS EOLIENS EN SUISSE
 
  >> REVUE DE PRESSE <<
  Presse suisse
  2017
  2016
  2015
  2014
  2013
  2012
  2011
  2010
  2009
  2008
  2007
  2006
  2005
  2004
  2003
  2002
  2001
  2000
  Presse française
  Presse allemande
  Ailleurs en Europe
  Reste du Monde
 
  -->> Oppositions
  Paysage Libre - VD
  SOS Jura - VD sud
  Vallée de Joux - VD
  Bois d'Amont - VD/FR
  Franches Montagnes- JU
  Tramelan - JB
  Travers du vent - NE
  Paysage Libre - Suisse
 
  -->> Blogs
  Eolien, la presse et nous
  Voisine d'éoliennes
  Vent-de-Folie
  Vent-de-Folie's Photoblog
 
  Plateforme européenne contre l'éolien industriel - EPAW
 
  Eine kritische Auseinandersetzung mit Windenergie in der Schweiz
 
  Les projets
  Le concept national
  L'opposition
  Paroles de ...
  Efficacité énergétique
  Documents de référence
  Divers
  Protection des crêtes
  Paysage
 
  Dessins de presse
 
  Non aux Quads !
 


Revue de presse suisse


12.11.2016 - La Liberté

Les éoliennes ont du plomb dans l’aile

SUISSE - FRIBOURG - C’est une rafale de chevrotine qui pourrait bien être fatale au projet de parc éolien du Schwyberg, prévu dans les Préalpes fribourgeoises sur les communes de Planfayon et de Plasselb. Le Tribunal fédéral (TF) a publié hier un arrêt dans lequel il admet le recours des organisations de protection de la nature.

«La zone d’aménagement spéciale prévue pour le projet ne satisfait pas aux exigences du droit fédéral», écrivent les juges de Mon-Repos. Le TF renvoie le dossier au Tribunal cantonal fribourgeois (TC) pour nouveau jugement: «Dans le cadre d’une pesée globale des intérêts, il y a lieu d’examiner de manière plus approfondie si l’emplacement du Schwyberg est adéquat et si des variantes alternatives sont possibles. Il s’agit de mieux tenir compte des intérêts du paysage, des biotopes et de la protection des espèces.»

Répercussions nationales

Pour les associations de protection de la nature (ASPO/Birdlife Suisse, Pro Natura, Mountain Wilderness et la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage), il s’agit d’une grande victoire. «Le projet du Schwyberg porte atteinte aux valeurs paysagères, aux milieux naturels et à la protection des espèces menacées», résument-elles dans un communiqué. Pour l’Etat de Fribourg et la société Schwyberg Energie SA, détenue en majorité par Groupe E Greenwatt, cette décision du TF freine le projet de parc éolien, mais ne le remet pas pour autant en question.

«C’est une grande satisfaction mais nous regrettons toutefois d’avoir dû aller jusqu’au TF pour un projet qui porte manifestement une atteinte assez crasse aux grandes valeurs paysagères», explique François Turrian, directeur romand d’ASPO/Birdlife Suisse. Ce dernier estime que l’arrêt du TF aura une portée nationale, notamment pour d’autres projets de parc éolien, par exemple dans la Vallée de Joux et au col du Molendruz. Il s’agit d’un «signal clair pour une production d’énergie éolienne respectueuse de la nature». Les ONG demandent d’ailleurs que le promoteur, Planfayon, Plasselb et le canton renoncent à ce projet.

Pour Dieter Meyer, président de l’association Sauvez les Préalpes, c’est un «grand soulagement». ««Nous ne pouvons pas tolérer que les Préalpes soient transformées en zone industrielle», martèle-t-il. Et d’indiquer que de nombreuses associations locales de protection du paysage, partout en Suisse, attendent de voir ce qui va se passer avec le Schwyberg. «Cette décision est capitale pour de nombreux projets similaires dans tout le pays», se réjouit-il.

Pas la fin du projet

La Direction de l’environnement et la Direction de l’économie
regrettent la décision du TF. «Cet arrêt freine les projets éoliens dans les Préalpes mais ne les remet pas en question», réagissent les deux directions dans un communiqué. L’arrêt du TF constitue «surtout un obstacle important à l’objectif du canton d’atteindre une société à 4000   watts à l’horizon 2030». L’examen approfondi demandé à l’Etat est en cours dans le cadre de la révision du plan directeur cantonal. Les autorités fribourgeoises estiment que le projet est toujours viable et s’étonnent de «l’acharnement des milieux écologiques contre la production d’énergies renouvelables».

«C’est une décision surprenante dans la mesure où l’emplacement est classé comme prioritaire depuis 2008. La modification du plan directeur a été validée par les autorités fédérales», explique quant à lui le directeur de Groupe E Greewatt Jean-Michel Bonvin. Schwyberg Energie SA poursuit ainsi son projet «afin de contribuer à la réalisation des objectifs de la stratégie énergétique de la Confédération».

Le parc du Schwyberg en bref

Le projet de parc éolien du Schwyberg, développé par Groupe E Greenwatt et les communes de Planfayon et de Plasselb, prévoit l’édification de neuf éoliennes dans une zone d’aménagement spéciale prévue sur la crête du Schwyberg. Ces éoliennes atteindraient une hauteur de 140 mètres. Ensemble, elles produiraient plus de 35   millions de kilowattheures chaque année, équivalant à la consommation de 9000 ménages. Le Schwyberg est le site prioritaire pour le canton de Fribourg selon le plan directeur établi en 1999.

Le dossier de mise à l’enquête a été déposé en 2009 et a suscité onze oppositions. Un complément d’étude d’impact sur les oiseaux, migrateurs et nicheurs, a été demandé par les organisations environnementales. La Direction de l’aménagement, de l’environnement et des constructions a levé les oppositions en 2012, mais les opposants ont recouru au Tribunal cantonal. En juin 2014, celui-ci a donné raison au projet éolien et les associations ont décidé d’aller jusqu’au Tribunal fédéral.

____________________________

Trois Questions à
Maurice Ropraz
Conseiller d’Etat, directeur de l’Aménagement, de l’environnement et des constructions


Le Tribunal fédéral (TF) admet le recours des organisations de protection de la nature contre le parc éolien du Schwyberg. Comment l’Etat de Fribourg accueille-t-il cette décision?

L’Etat est déçu de cette décision. C’est un coup de frein abrupt au développement des énergies renouvelables et en particulier de l’éolien dans les Préalpes. Sous l’angle de la politique énergétique, cela pose problème. La population souhaite sortir du nucléaire mais les sources d’énergies renouvelables sont encore loin d’être suffisantes. Dans le canton de Fribourg, il n’y a pas encore d’énergie éolienne, la géothermie est un domaine très complexe, l’hydraulique est freinée par des impératifs de protection de la nature, etc.

Selon vous, le Schwyberg est-il le bon endroit pour construire des éoliennes dans le canton de Fribourg?

La Direction de l’économie et de l’emploi (DEE) considère que c’est l’endroit principal dans le canton. La décision du TF met l’accent sur l’aspect paysager et sur la protection de la nature. La nécessité d’une production énergétique renouvelable est en revanche peu valorisée.

Craignez-vous que cette position des juges fédéraux ne mette des bâtons dans les roues à d’autres projets dans le futur?

Le danger à terme, c’est que ce soient des juges qui décident de la politique énergétique. Il doit évidemment y avoir une pesée des intérêts entre la production et la protection de la nature. Mais la priorité doit être mise sur les énergies renouvelables si on veut sortir du nucléaire sans devoir importer massivement de l’énergie «sale» venue d’autres pays producteurs.

Pas d'informations pour cette catégorie
 
 
  © 2017 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel SA
Retour Homepage